/regional/montreal/montreal

Nouvelle étape vers la baignade à la «plage de l’Est»

Le projet de plage urbaine dans le secteur Pointe-aux-Trembles, dans l’est de Montréal, vient d’obtenir 5 millions $ de la part du gouvernement du Québec afin que la Ville puisse poursuivre la restauration des sédiments contaminés sur le site.

C’est l’ancienne mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, qui en a fait l’annonce vendredi à titre de ministre responsable de la Métropole au sein du cabinet Legault.

La plage de l’Est, un projet qui a été repoussé depuis 2016, sera située sur le site de l’ancienne marina Beaudoin à l’extrémité est de l’île de Montréal, soit entre la 94e avenue, la rue Bureau, la 96e avenue et le fleuve Saint-Laurent. On ne sait pas encore quand le site pourra être inauguré.

Valoriser les sédiments

Advenant une gestion en milieu terrestre des sédiments contaminés lors des travaux, la Ville de Montréal devra favoriser le traitement des sédiments dragués et leur valorisation. Elle devra également utiliser un système de traçabilité pour suivre le déplacement des sédiments contaminés, en milieu terrestre, à l'extérieur du terrain d'origine, a-t-on précisé, par communiqué.

«Nouvel espace vert et bleu en milieu urbain, la plage de l'Est sera un des rares lieux du genre dans la métropole. En redonnant à la population du bout de l'île l'accès aux berges, nous agissons concrètement pour améliorer le milieu de vie des citoyens», a dit Chantal Rouleau, qui est aussi ministre déléguée aux Transports.

Elle était accompagnée de son collègue à l’Environnement, Benoit Charrette, et de la nouvelle mairesse de l’arrondissement, Caroline Bourgeois, qui est son ancienne chef de cabinet.

Montréal, ville «insulaire»

De son côté, la mairesse Valérie Plante a salué ce financement public octroyé par Québec. «Cette excellente nouvelle nous rapproche de l'aménagement d'un lieu de villégiature qui rehaussera la qualité de vie dans le quartier et qui contribuera au développement touristique et économique de l'est de Montréal», a-t-elle dit.

«Le caractère insulaire de Montréal a été trop longtemps négligé et nous croyons que le contact des citoyens avec les cours d'eau qui les entourent est crucial. Nous souhaitons offrir aux Montréalaises et aux Montréalais un accès en continu aux rives du fleuve et de la Rivière-des-Prairies», a poursuivi Mme Plante.

«La plage de l'Est sera un lieu rassembleur et animé où le fleuve et ses nombreuses possibilités seront à portée de la main pour tous les citoyens», a indiqué de son côté la mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Caroline Bourgeois.

Soulignons qu’une plage urbaine sera aussi aménagée derrière l’Auditorium de Verdun, dans l'arrondissement du même nom.

Promesse caquiste

La Coalition avenir Québec avait promis ces fonds pendant la dernière campagne électorale.

La Ville de Montréal investit pour sa part environ 4 millions de dollars pour la décontamination du sol et l’aménagement du site, notamment avec l’adoucissement de la pente du terrain ainsi que l’installation d’une passerelle et de jeux d’eau.

Prochaine étape : obtention des permis et décontamination des sols. On espère que le site sera accessible en 2021 et que la baignade pourra s’y faire dès 2022. L’accès au site sera gratuit, mais il reste à déterminer si des frais seront exigés pour la baignade.

Le gouvernement versera aussi plus de 100 millions de dollars pour la décontamination d’autres sites dans l’Est de l’île de Montréal.

Dans la même catégorie