/news/currentevents

Attaque à l'oratoire Saint-Joseph: le suspect devrait comparaître samedi, le prêtre hors de danger

Maxime Deland | Agence QMI et TVA Nouvelles

Le recteur de l’oratoire Saint-Joseph a été attaqué en pleine messe par un individu armé d’un long couteau, vendredi matin, à Montréal.

Le Diocèse de Montréal a confirmé que l’homme visé par l’attaque est le père Claude Grou, qui dirige l’oratoire Saint-Joseph.

GEN-ARRIVÉE DE ANN SIEBEN À L'ORATOIRE

Sébastien St-Jean / Agence QMI

Le suspect de 26 ans devrait comparaître samedi, a indiqué le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Par ailleurs, les policiers ont indiqué qu'il s'agissait d'un geste isolé commis par une seule personne. Il était connu des services policiers.

L'attaque a semé la panique

Les images saisissantes ont été diffusées en direct sur le web puisque toutes les messes du matin à l’oratoire sont retransmises par le site Sel et Lumière.

L’attaque survenue vers 8 h 40 a semé la panique parmi la cinquantaine de fidèles présents à la messe. Environ 10 minutes après le début de la célébration, on aperçoit un homme portant une casquette et marchant la tête basse se diriger tout droit vers le recteur de l’oratoire avant de l’attaquer à l’arme blanche.

Selon nos informations, le père Claude Grou, qui s’apprêtait à lire l’Évangile, a été poignardé à deux reprises; une fois au thorax et une autre dans le flanc.

L’homme a ensuite été maîtrisé par des agents de sécurité et les policiers ont pris le relais à leur arrivée.

Le prêtre a quant à lui été transporté dans un centre de traumatologie pour soigner des blessures qui ne mettent pas sa vie en danger, ont fait savoir les services d’urgence.

«Père Grou a subi des blessures superficielles et devrait recevoir son congé de l'hôpital sous peu, ont indiqué les responsables de l'Oratoire Saint-Joseph dans un communiqué. Il prendra ensuite quelques jours de repos»

Suspect déterminé

Plus d’une heure après les événements, Adèle Plamondon, qui agissait à titre de lectrice de la messe, était encore ébranlée par ce dont elle a été témoin.

«J’en tremble encore. J’ai juste hâte de rentrer chez moi et de me reposer», a dit Mme Plamondon.

Il n’a rien dit du tout. Il n’avait qu’une idée en tête, c’était d’attaquer le père Grou. Il était très déterminé, a-t-elle raconté. Quand je l’ai vu, je suis sorti en hurlant pour aller à la sacristie pour alerter la sécurité.»

Étonnamment, après avoir poignardé le recteur de l’oratoire, le suspect est demeuré sur place et ne s’est pas montré agressif avec les autres personnes.

Le motif de l’agression n’a pas encore été établi.

«L'agression étant survenue dans la crypte, celle-ci sera rouverte au public dès [samedi]», ajoutent les responsables de l'Oratoire dans un communiqué.

Une première à l’oratoire

«[Les agents de sécurité de l’oratoire] sont intervenus tellement rapidement que la situation n’a pas eu le temps de dégénérer», a estimé la directrice des communications de l’oratoire, Céline Barbeau.

«À ma connaissance, il n’y a jamais eu d’agression comme celle-là» à l'oratoire, a-t-elle ajouté en point de presse, en précisant que d’autres messes devaient être célébrées normalement, vendredi, notamment à la basilique.

Selon Mme Barbeau, les personnes impuissantes qui ont assisté à cette scène sont affectées parce que le «père Grou est un homme très apprécié des gens qui viennent ici».

Elle a ajouté qu’il y a de la sécurité à temps plein à l’oratoire, «mais pas de détecteur de métal, car c’est un sanctuaire».

Un périmètre a été dressé pour permettre aux enquêteurs de faire leur boulot. Les policiers passaient la scène de crime au peigne fin, en matinée, à la recherche d'indices et de preuves.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a condamné l’agression par le biais de son compte Twitter. «Quel geste horrible et inexcusable qui n’a aucunement sa place à Montréal. Je suis soulagée d’apprendre que la vie du père Claude Grou (...) est hors de danger et que son état est stable. Au nom de tous les Montréalais, je lui souhaite prompt rétablissement», a-t-elle écrit.