/news/society

Des familles qui ont «honte» de la CAQ

TVA Nouvelles

La ministre responsable des aînés, Marguerite Blais, assure que les familles qui ont des enfants lourdement handicapés à la maison ne seront pas oubliées par le gouvernement Legault.

À LIRE ÉGALEMENT

Véronique Hivon dénonce le report des sommes prévues

Cette promesse avait été faite en campagne, l'an dernier, mais elle n'a pas été livrée dans le budget déposé jeudi, au grand dam de parents à bout de patience.

La ministre Blais a tenu à rassurer ces familles déçues. En entrevue samedi matin à LCN, elle a promis qu'une annonce serait faite prochainement pour soutenir ces familles.

«Ce que je peux [leur] dire, c’est que le ministre de la Famille [Mathieu Lacombe] est en train de travailler énormément avec le programme Retraite Québec», a indiqué la ministre Blais.

 

«Je peux vous dire aussi qu’il y a 21 millions $ dans le programme des proches aidants. Puisque la politique nationale des proches aidants va toucher l’ensemble des proches aidants, on est en train de regarder comment on pourrait [les] soutenir, parce qu’on va soutenir des parents qui ont des enfants handicapés et qui doivent obtenir plus de répit», a-t-elle ajouté.

«Dans l’enveloppe dédiée aux proches aidants, on va pouvoir prendre de l’avance par rapport à notre politique, qui est en pleine écriture», a ajouté la ministre.

Cri du coeur

Des parents ont lancé vendredi un véritable cri du cœur, comme le révélait un reportage de TVA Nouvelles. Ils sont en colère relativement à la décision du gouvernement Legault de reporter à l’an prochain la promesse faite par le premier ministre de bonifier l’aide accordée aux parents pour qu’ils puissent prendre soin de leur enfant lourdement handicapé.

C’est le cas de Marie-Ève Gagnon, qui a réagi de nouveau, samedi, cette fois à la suite des propos de Marguerite Blais. Elle a réitéré à LCN qu’elle avait «honte» d’avoir appuyé la Coalition avenir Québec (CAQ) et de ne pas obtenir en retour l’aide promise par François Legault.

En campagne électorale, l’actuel premier ministre s’était engagé selon elle à bonifier de 22 millions $, dès cette année, l'aide financière dédiée aux parents d'enfants nécessitant des soins exceptionnels à la maison.

Pourtant, le budget provincial n’a pas fait mention de cette aide, de sorte que des parents se sentent abandonnés et même trahis.

 

Confusion de la ministre

En parlant des 21 millions $ qui seront bientôt annoncés pour les proches aidants, Marie-Ève Gagnon, dont le fils Benjamin est lourdement handicapé, croit que la ministre Blais «a mêlé les dossiers».

«Ce qu’on demande, c’est d’avoir la même équité que les familles d’accueil. Autrement dit, moi je veux que mon mari arrête de faire des heures supplémentaires pour [remplacer] mon salaire que moi je perds avec Benjamin», a indiqué Mme Gagnon.

Souhaitant demeurer à la maison afin de prendre soin de son fils, Mme Gagnon voudrait obtenir, comme les familles d’accueil, une somme annuelle de près de 44 000 $.

«On n’est pas dans un conte de fées, on vous demande d’agir dans une réalité qui est maintenant, a-t-elle indiqué en s’adressant directement au premier ministre.

«Même que son [slogan de campagne] c’était «Maintenant», c’était écrit en bas quand il parlait, a-t-elle ajouté. Ça fait cinq mois qu’il est au pouvoir, il faudrait qu’on arrête de mélanger les choses et que les ministres sachent exactement ce dont on a vraiment besoin.»

Maison Gilles-Carle

Lundi, le gouvernement Legault annoncera la «première maison Gilles-Carle sous la CAQ» à Boucherville, en Montérégie, a par ailleurs mentionné la ministre Blais.

«On en veut partout de ces maisons, parce que ça apporte du répit pour les proches aidants. Une formule magnifique», a-t-elle souligné.

La Fondation Gilles-Carle, dirigée par la veuve du défunt cinéaste, Chloé Sainte-Marie, a inauguré sa première maison en 2012 à Cowansville, en Montérégie.

Dans la même catégorie