/news/politics

Le Canada accorde l'asile à deux personnes ayant aidé Edward Snowden

Agence France-Presse

Le Canada a accordé l'asile à deux personnes ayant aidé à cacher l'Américain Edward Snowden lors de sa cavale à Hong Kong après ses révélations sur l'agence de surveillance américaine NSA, a annoncé lundi une association de protection des droits des réfugiés.

Interrogée par la presse, la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland a implicitement confirmé l'information en déclarant qu'elle n'était «pas intervenue» dans le processus.

«Vanessa Rodel et sa fille Keana, âgée de 7 ans, sont actuellement dans un vol en provenance de Hong Kong qui atterrira à l'aéroport Pearson de Toronto ce soir», a indiqué dans un communiqué l'association «For the refugees», précisant qu'elles se rendraient mardi à Montréal pour s'y installer en tant que réfugiées parrainées par le secteur privé.

Mme Freeland a souligné que les décisions sur les demandes d'asile dans le cadre d'un parrainage privé «ne sont pas» motivées par des considérations politiques.

«Ce n'est pas une question de relations géopolitiques», a précisé la ministre en réponse à une question sur l'éventuelle influence négative de cette décision sur les relations canado-américaines.

«Ce sont des décisions qui sont prises pour des gens» et qui sont «fondées sur les faits concernant les gens», a-t-elle conclu lors d'un point de presse à Washington, à l'issue d'une rencontre avec le représentant au Commerce Robert Lighthizer.

Interrogé à ce sujet lors d'une conférence de presse, le premier ministre canadien Justin Trudeau n'a pas souhaité commenter un «cas spécifique».

Le ministère canadien de l'Immigration a simplement précisé à l'AFP que «dans des circonstances exceptionnelles», les dossiers de demande d'asile pouvaient «être accélérés» par rapport aux procédures habituelles.

Cinq autres personnes, de nationalité sri-lankaise, ayant également aidé Edward Snowden, sont toujours en attente de la réponse du gouvernement canadien à leur demande d'asile, selon le quotidien National Post.

L'ancien sous-traitant de la NSA vit en exil en Russie. Les États-Unis l'ont inculpé pour espionnage et vols de secrets d'État.

Dans la même catégorie