/news/politics

La nouvelle administratrice de l’Organisation internationale de la francophonie plaide pour une saine gestion

Alexandre Robillard | Journal de Québec

gracieuseté, Twitter de François Legault

Après des dépenses qui ont suscité la controverse durant le mandat de Michaëlle Jean, la nouvelle administratrice de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Catherine Cano, plaide pour une saine gestion.

Les pays membres de l’OIF ont entériné mardi à Paris la nomination de Mme Cano au poste de numéro deux de l’institution internationale. La semaine dernière, notre Bureau d’enquête avait révélé que sa nomination était imminente.

Quelques minutes après l’officialisation de sa nomination, Mme Cano a affirmé que la secrétaire générale de la francophonie Louise Mushikiwabo et elle ont reçu un mandat clair : «S’assurer de la saine gestion de l’organisation.»

«J’ai une réputation de personne qui sait bien gérer, a-t-elle fait valoir à notre Bureau d’enquête, dans sa toute première entrevue médiatique. Je regarde les lignes de budget une par une. (...) Je vais gérer comme si c’était mon argent.»

Durant les deux dernières années de son mandat, qui s’est terminé en début d’année, l’ex-secrétaire générale de l’OIF Michaëlle Jean a eu à s’expliquer relativement à ses dépenses d’installation.

Transparence

Notre Bureau d’enquête a révélé qu’une somme d’un demi-million de dollars avait notamment été dépensée pour aménager son appartement de fonction à Paris.

La situation financière de l’OIF a périclité. Le dernier exercice du mandat de Mme Jean s’est terminé sur un déficit qui a dû être épongé grâce à un fonds de réserve.

Dans une entrevue téléphonique, mardi, Mme Cano n’a pas voulu se prononcer sur l’impact de la gestion de Mme Jean sur la réputation de l’OIF.

«Je ne veux pas répondre à ça. Je ne regarde pas en arrière. Je regarde en avant», a-t-elle dit.En octobre dernier, les membres de l’OIF ont adopté de nouvelles règles de transparence, qui doivent être mises en œuvre.

La rémunération et les avantages consentis aux deux principaux dirigeants de l’OIF, la secrétaire générale et l’administratrice, seront rendus publics. Les dépenses des plus hauts cadres et celles du cabinet de la secrétaire générale devront être dévoilées.

Efficacité

Mme Cano a expliqué qu’elle a l’intention de «clarifier ce qui peut porter à interprétation» dans les façons de faire de l’OIF.

«La réputation d’une organisation est la chose la plus importante», a-t-elle dit.

L’OIF doit être «efficace».

«On va aussi regarder les programmes et s’assurer qu’ils ont de l’impact», a-t-elle indiqué.