/regional/estduquebec/cotenord

Le navire «Apollo» quittera Matane jeudi

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles

Une page va bientôt se tourner dans la saga des traversiers qui affecte l'Est-du-Québec. Le navire «Apollo» va quitter le port de Matane jeudi, en direction de Québec.

«Le navire va se rendre au quai-garage de la Société des traversiers du Québec et va y rester jusqu'à ce que la STQ décide de son sort», a expliqué le porte-parole de la Société des traversiers du Québec (STQ), Alexandre Lavoie.

La Société d’État explique être à la recherche de la solution la plus économique pour se départir de ce navire, acheté dans l'urgence en janvier, au coût de 2,1 millions $.

Rappelons qu'il a été retiré de la flotte de la STQ le 19 mars après que le Bureau de la sécurité des transports ait émis des doutes sur la navigabilité du navire.

«Dans les derniers jours, nous avons retiré du navire tout ce qui avait été ajouté pour le rendre opérationnel», a ajouté M. Lavoie.

La STQ dit avoir récupéré notamment de l'équipement de cuisine et des matelas neufs pour les matelots, afin de pouvoir réutiliser cet équipement éventuellement.

Alors que l'achalandage de la traverse commence à augmenter à cette période-ci de l'année, les navettes aériennes qui sont en service 7 jours sur 7 sont de plus en plus demandées.

Un travailleur de la Côte-Nord qui a contacté TVA Nouvelles attend depuis déjà deux semaines pour rentrer auprès de sa famille sur la rive-sud. «J'essaie de partir le vendredi pour revenir le dimanche, mais je n'y arrive pas. Il y toujours un des deux vols qui sont complets. Alors on attend de voir s'Ils vont rajouter des vols».

La STQ assure qu'elle évalue constamment les besoins et qu'elle s'ajuste en fonction de la demande.

Trois allers-retours ont d'ailleurs été ajoutés à l'horaire pour la fin de semaine mardi matin. Toutefois, deux des vols proposés se sont remplis en quelques minutes.

Le «NM Apollo» est entré en service le 14 février, afin d'assurer la desserte entre Matane, Godbout et Baie-Comeau, en remplacement du «F.A.-Gauthier» qui était hors service depuis décembre en raison d'un bris majeur à ses deux propulseurs.