/regional/montreal/monteregie

Un important examen de 4e année décalé pour une fête religieuse

Magalie Lapointe | Le Journal de Montréal

Des parents d’élèves de la Rive-Sud de Montréal sont outrés d’apprendre que leur commission scolaire a modifié les dates d’un examen de français du ministère pour une fête religieuse, alors qu’aucun parent n’en a fait la demande.

« On a fui notre pays parce qu’on ne voulait pas que la religion nous mène. Et voilà qu’elle entre dans nos écoles. On ne veut pas ça ici », a dit Hakima Djermoune, une Algérienne de confession musulmane qui est arrivée au Québec en 2008 avec sa famille.

Que le changement au calendrier des examens se fasse au bénéfice d’une fête religieuse musulmane ne l’empêche pas d’en être indignée, tout comme bien d’autres parents interrogés. Les élèves qui fréquentent la 4e année du primaire au Québec sont tous soumis à des examens du ministère en fin d’année les 4, 5 et 6 juin, sauf exception. Or, la Commission scolaire Marie-Victorin a décidé que ses quelque 3000 élèves de 4e année auront un horaire différent en juin prochain.

Pourquoi ? Pour éviter qu’une journée d’examen soit tenue le jour de la fête de la rupture du jeûne du mois du ramadan, soit le 5 juin.

Ainsi, la Commission scolaire a prévu qu’en juin, au lieu d’écrire leur production pendant trois jours consécutifs, ces jeunes auront une journée de pause entre la mise en situation et la rédaction du brouillon.

Un changement d’horaire que le gouvernement du Québec a dit avoir l’intention de renverser après avoir été contacté par Le Journal.

Aucun parent n’a réclamé un tel changement, a confirmé la Commission scolaire hier.

« La Commission scolaire a spécifié que c’était par mesure préventive », déplore Éric Gingras, président du syndicat de Champlain.

Éviter les absences

La Commission scolaire a justifié sa décision en invoquant les forts taux d’absentéisme lors de la même fête religieuse l’an dernier. Notons que la date de celle-ci ne correspondait pas à la tenue d’un examen important, mais d’une journée de classe ordinaire.

Ce jour-là, le nombre d’élèves du primaire absents était 2,5 fois plus élevé que lors d’un vendredi habituel.

Inquiétude sur le message

La pause d’une journée pénalise les élèves en difficulté, regrette un membre du personnel de soutien qui est aussi musulman et qui souhaite garder l’anonymat.

D’autant plus que la pause n’est pas justifiée à son avis. « Les musulmans ne sont pas moins intelligents que les autres. Ils comprennent que les études, c’est important », a-t-il réagi vivement, convaincu que la plupart des enfants musulmans auraient été présents à l’examen, malgré la fête religieuse.

« Pédagogiquement, les enseignants souhaitent les trois jours consécutifs », ajoute M. Gingras.

Héloïse Mackay, qui fait partie du conseil d’établissement de l’École Lajeunesse dans cette Commission scolaire est très inquiète du message qu’envoie une telle décision.

« Je m’inquiète pour ma fille, mais mon inquiétude est plus large. Je ne sais pas qui a le pouvoir de modifier le système d’éducation alors qu’il est laïque. Je ne veux pas de politique dans mon école », a-t-elle conclu.

Québec s’y oppose

Le ministère de l’Éducation refuse que la Commission scolaire Marie-Victorin déplace un examen ministériel de 4e année pour une fête religieuse, une décision qu’il a l’intention d’annuler.

« Comme nombre de parents et d’enseignants, nous trouvons qu’il n’est pas justifié de déplacer un examen ministériel en raison d’une fête religieuse, quelle qu’elle soit», a expliqué l’attaché de presse du ministre de l’Éducation, Francis Bouchard.

Sous les libéraux

C’est sous l’ancien gouvernement libéral qu’une commission scolaire a présenté une demande de modification de l’horaire d’une épreuve ministérielle au ministère de l’Éducation et que celui-ci a ensuite autorisé l’accommodement, explique le bureau de l’actuel ministre caquiste. Lorsque la Commission scolaire Marie-Victorin a su qu’il y avait possibilité de changer les dates d’examen, elle a emboîté le pas.

« Le ministre [Jean-François Roberge,] a l’intention de révoquer [cette décision] afin que l’examen ministériel en question soit maintenu dans son horaire initial», a écrit M. Bouchard en réponse aux questions du Journal.

Le bureau du ministre de l’Éducation a l’intention de faire appliquer cette ligne dure partout en province.

Horaire des élèves de la Commission scolaire Marie-Victorin pour l’examen d’écriture du Ministère (jusqu’à nouvel ordre)

Mardi 4 juin : Mise en situation

Mercredi 5 juin : Pause

Jeudi 6 juin : Plan et rédaction du brouillon

Vendredi 7 juin : Correction et mise au propre

Pour le reste du Québec, les examens se tiennent les 4, 5 et 6 juin.