/news/politics

Le projet de loi créé de la discrimination, selon Trudeau

Justin Trudeau n’a pas ménagé ses mots pour s’en prendre au projet de loi sur la laïcité déposé jeudi par le gouvernement de François Legault.

«Pour moi, c’est impensable qu’une société libre [rendrait légitime] la discrimination contre quiconque, basée sur la religion», a-t-il commenté, jeudi, alors qu’il effectuait une visite dans les Maritimes.

Le chef libéral a laissé entendre que le projet de loi ne reflète pas les valeurs canadiennes. «Le Canada est un pays laïque qui respecte profondément les libertés individuelles, y compris la liberté d'expression, la liberté de conscience et de religion. Le Québec aussi», a dit le premier ministre, alors qu’il se trouvait en visite à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

M. Trudeau n’a pas précisé si son gouvernement allait contester la loi québécoise devant les tribunaux une fois qu’elle sera adoptée à l’Assemblée nationale.

«Les gens savent très bien que je vais défendre la charte canadienne et M. Legault et tous les Québécois savent que ma position est très ferme là-dessus», a-t-il expliqué après qu'on lui eut demandé si la laïcité serait un enjeu lors des prochaines élections fédérales, le 21 octobre prochain.

De son côté, le chef conservateur Andrew Scheer a affirmé qu’il ne présenterait jamais un projet de loi tel que celui déposé par Québec au niveau fédéral s’il était élu premier ministre du Canada.

«Une société libre doit protéger, doit défendre les droits fondamentaux de ses citoyens et ne doit pas empêcher les citoyens de s’exprimer», a-t-il dit.

Toutefois, il a ajouté qu’il revenait aux élus de l’Assemblée nationale de débattre du projet de loi et «de sa finalité».

Le chef néodémocrate Jagmeet Singh s’est dit «attristé» à la suite du dépôt du projet de la loi sur la laïcité, en soutenant que des «jeunes au Québec ne pourront pas exercer le métier dont ils rêvent».

«Il faut reconnaître qu’il y a une sensibilité unique au Québec [...] et je respecte sa compétence de légiférer dans sa juridiction», a-t-il cependant nuancé.

Seul le Bloc québécois a applaudi l’initiative de Québec sur la scène fédérale, son chef Yves-François Blanchet le qualifiant de «légitime et nécessaire».

Rappelons qu’en vertu du projet de loi sur la laïcité, le gouvernement caquiste veut bannir le port de signes religieux chez tous les employés de l’État en position d’autorité qui seront embauchés à compter de maintenant. Les employés de l’État portant déjà un signe religieux pourront le conserver à titre de droit acquis.

Dans la même catégorie