/news/currentevents

Les trois chiens saisis

TVA Nouvelles

Les trois chiens qui ont attaqué une joggeuse à Potton, en Estrie, ont été saisis par la Société protectrice des animaux.

Voyez ci-dessus notre reportage réalisé samedi

Cette saisie s’est produite à la demande de la Ville, qui s'est entretenue avec la Sûreté du Québec à ce sujet dimanche matin.

Les bêtes seront évaluées au cours des prochains jours et pourraient être euthanasiées.

Pendant ce temps, l'enquête sur l’attaque se poursuit du côté de la Sûreté du Québec.

La municipalité, pour sa part, veut tirer des leçons de cet événement et revoir sa réglementation afin qu'un accident de la sorte ne se reproduise pas.

Une réglementation plus stricte réclamée

Alors que la victime est toujours à l'hôpital, la famille de Christiane Vadnais, tuée par un pitbull en 2016, demande à ce que la réglementation concernant les chiens soit plus stricte.

Depuis la mort de leur soeur à Pointe-aux-Trembles, le frère et la soeur de Christiane Vadnais militent pour faire interdire les chiens dangereux au Québec.

«La femme qui courait, qui faisait du jogging, vous ne viendrez pas me dire qu'elle a provoqué le chien, soutient Gaston Vadnais. C'est le chien qui a décidé qu’elle courait et que ça le dérangeait. Paf, il a sauté dessus.»

Ce qui est arrivé vendredi soir confirme en quelque sorte leurs propos, selon lui.

«Si ces chiens-là avaient été en laisse, s'ils avaient été attachés, la madame ferait encore son jogging et ce serait de toute beauté et tout le monde, on s'entend bien ensemble», indique M. Vadnais.

«On fait juste protéger le chien, le chien et on ne considère même plus le citoyen, ajoute-t-il. C'est déplorable. C'est à ce niveau-là, je crois, que Lise veut rencontrer le gouvernement.»

Rappelons que la victime, dont l’âge et l’identité ne sont pas connus, se promenait à pied sur le chemin de l’Aéroport, lorsqu’elle a été attaquée vers 18 h 15 par les trois molosses. C’est le propriétaire des animaux qui a appelé les services d’urgence quand il l’a aperçue, gisant au sol près de sa résidence et sévèrement blessée au haut du corps.

L’attaque a été si violente que les premiers répondants «ont été traumatisés dans une certaine mesure», a déclaré le maire de Potton, Jacques Marcoux en entrevue avec TVA Nouvelles. «Il va falloir faire en sorte, à la municipalité, que nous leur offrions une aide psychologique pour leur permettre d’oublier le tout», a-t-il ajouté.