/news/society

Le dégriffage des chats doit être interdit au Québec, selon la SPCA

Francis Pilon | Agence QMI

L’Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ) subit les pressions d'une nouvelle campagne demandant aux spécialistes de mettre fin à l’amputation partielle des doigts des chats, une pratique mieux connue sous le terme de dégriffage.

Cette campagne, lancée pour la SPCA de Montréal, vise à sensibiliser la population sur les revers d’une telle chirurgie qui consiste à amputer la troisième phalange de chaque doigt du félin. L'organisme souhaite principalement que l’OMVQ interdise cette pratique dans la Belle Province.

«Le dégriffage est une chirurgie évasive, cruelle et non nécessaire. Il y a déjà quatre provinces canadiennes qui l’ont interdite et trois autres ont annoncé des interdictions imminentes. On croit que le Québec est prêt à suivre le pas», a affirmé au «24 Heures» Me Sophie Gaillard, avocate pour la SPCA.

À l’international, une trentaine de pays ont aboli cette pratique, dont la France, le Royaume-Uni, l’Australie, l’Allemagne, l’Autriche et la Belgique.

Selon la SPCA, le dégriffage est l’équivalent, pour l’humain, d’enlever le bout des 10 doigts à partir de la dernière jointure.

Près de 61% de tous les vétérinaires croient que l’OMVQ devrait interdire la pratique du dégriffage, selon un récent sondage de l’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ). Ce chiffre monte à 88 % chez les vétérinaires de 30 ans et moins.

«Pour ma part, j’ai arrêté de réaliser cette chirurgie cruelle pour les chats il y a près de 17 années. [...] Ils souffrent après le dégriffage, comme une personne amputée. Ça peut causer des problèmes toute leur vie, dans leur façon de marcher qui peut devenir souffrante par exemple et même les rendre agressifs au point de ne plus vouloir être pris par des humains», a indiqué la vétérinaire Enid Stiles.

Pas d’interdiction en vue

Contacté par le «24 Heures», l’OMVQ soutient qu’elle n’a pas l’intention d’interdire le dégriffage et se concentrera plutôt sur la sensibilisation du public par rapport à cette chirurgie.

«Moins de gens font dégriffer leur chat, mais la demande est toujours forte au Québec», a soutenu la présidente de l'OMVQ, la Dre Caroline Kilsdonk.

«On sensibilise les vétérinaires à faire la promotion des alternatives à la chirurgie, oui, mais de là à l’interdire, c’est une autre chose. Notre profession a une obligation envers le public et les animaux. Il y a un juste équilibre à trouver qui est en évolution», ajoute-t-elle.

La SPCA de Montréal invite la population à signer leur pétition en ligne pour interdire l’amputation partielle des doigts des chats au Québec.

Des solutions de rechange au dégriffage des chats

- Utilisez un griffoir

- Taillez régulièrement les griffes de votre animal

- Posez un couvre-griffes

Source: SPCA de Montréal