/news/world

Le Pentagone cesse de réceptionner l'avion-ravitailleur de Boeing

Agence France-Presse

La série noire continue pour Boeing: le Pentagone a annoncé mardi qu'il avait cessé de réceptionner ses avions ravitailleurs KC-46 pour cause de malfaçons alors que le programme a déjà plus d'un an de retard.

C'est la vice-ministre de la Défense chargée de l'US Air Force, Heather Wilson, qui a annoncé la nouvelle au cours d'une audition au Congrès sur le projet de budget 2020.

Questionné sur l'avion ravitailleur dont la livraison par Boeing avait été refusée une première fois au printemps par l'armée de l'air américaine, parce que des débris avaient été découverts dans un appareil, Mme Wilson a révélé que l'incident s'était reproduit récemment.

«Nous avons en fait cessé de nouveau d'accepter les KC-46 parce que des débris de corps étrangers ont été trouvés dans des compartiments clos», a-t-elle déclaré. «Nous avons pris des mesures correctives, notamment un examen complet de tous les compartiments clos pour nous assurer que la ligne de production est gérée comme il se doit».

Une porte-parole de l'US Air Force, Ann Stefanek, a précisé que la décision d'arrêter la réception du ravitailleur avait été prise le 23 mars.

Mais «cette semaine, nos inspecteurs ont identifié de nouveaux corps étrangers et des zones dans lesquelles Boeing n'a pas respecté les critères de qualité requis», a-t-elle précisé.

L'US Air Force a réceptionné en janvier son premier KC-46, ouvrant la voie à la livraison, avec plus d'un an de retard, de cet avion-ravitailleur qui doit remplacer des appareils en service depuis la guerre froide. Aujourd'hui, «nous avons 7 KC-46A en service», a précisé Mme Stefanek.

Le programme des ravitailleurs KC-46 a accumulé les retards sur le calendrier de livraison, et les surcoûts pour Boeing, qui a dû inscrire de nombreuses charges dans ses comptes, pour un montant cumulé évalué à plus de 3 milliards de dollars.

L'appareil de Boeing avait été choisi par l'US Air Force en 2011 après une compétition féroce avec son rival européen Airbus, pour remplacer le KC-10 (un DC-10 modifié entré en service en 1981) et le KC-135, un ravitailleur encore plus vieux, entré en service en 1957 et dont l'exemplaire le plus récent a été livré en 1965.

Dans la même catégorie