/regional/montreal/montreal

Lynne Shand s’excuse devant les citoyens et refuse de quitter son poste

TVA Nouvelles

La conseillère municipale Lynne Shand a vécu une soirée très difficile mardi à Anjou où elle a dû faire face à beaucoup de contestation en lien avec les propos controversés sur l’islam qu’elle a tenus sur les réseaux sociaux la semaine dernière.

À LIRE ÉGALEMENT

Une élue forcée de s'expliquer après des propos qualifiés d'islamophobes

Propos islamophobes: la mairesse fera appel au conseiller à l’éthique de Montréal

La conseillère municipale d’Anjou encore ciblée pour ses propos jugés islamophobes

Un fond d'intolérance et de racisme qui existe au Québec

La conseillère, déjà expulsée de son parti par le maire Luis Miranda, a été confrontée par les citoyens dans le cadre de cette assemblée mensuelle du conseil d’arrondissement d’Anjou, où plusieurs lui ont fait part de leur mécontentement.

«Je me suis exprimée sur Facebook sans réfléchir, sans discernement, et m’en prenant stupidement à une femme hautement respectable. J’ai tout mélangé. Craindre une remontée du pouvoir religieux dans une société est une chose. S’en prendre à une communauté et une personne est injustifiable. Si vous me passez l’expression: ''tout est sorti tout croche''. Je tiens à remercier cette femme médecin pour la qualité des soins qu’elle m’a prodigués. Qualité que je n’ai jamais remise en cause. Je m’excuse sincèrement auprès d’elle pour mes propos», a détaillé Mme Shand.

Dans un message publié au cours du week-end du 23 au 24 mars dernier, la conseillère disait craindre «l'islamisation du pays» après s'être plainte d’avoir été traitée, lors d’une consultation d’urgence avec une spécialiste en ophtalmologie, par une personne qui portait le hijab.

«Hier j’ai dû subir un examen ophtalmologique d’urgence. Qui était l’ophtalmologue? Une femme voilée... Grrr... si ce n’était pas de l’urgence, j’aurais refusé de me faire traiter par elle... je rage, car c’est vraiment de l’islamisation de notre pays», pouvait-on lire sur sa page Facebook.

Le maire de l'arrondissement d'Anjou Luis Miranda s'était dissocié des propos de sa conseillère, mais n'avait pas immédiatement pris la décision de l'expulser. Il l’a fait quelques jours plus tard.

Même si Mme Shand s’était finalement excusée à plusieurs reprises en multipliant les entrevues, notamment, la présidente du conseil de ville de Montréal, Cathy Wong, a décidé de porter plainte contre elle à la Commission municipale.

 

 

Dans la même catégorie