/news/law

Frédérick Gingras condamné à 19 ans de prison

TVA Nouvelles 

Frédérick Gingras, l'homme à l'origine d'une cavale meurtrière dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016, a été condamné à 19 ans de prison vendredi au palais de justice de Montréal. De plus, la Cour l'a déclaré délinquant à haut risque.

L’homme de 23 ans, souffrant de schizophrénie sévère récalcitrante aux traitements, a abattu deux personnes dans l’est de la Ville de Montréal le soir du 4 décembre. James Jardin et Chantal Cyr sont tombés sous ses balles et deux autres personnes ont été menacées. Gingras avait finalement été arrêté après une poursuite policière.

«Je suis satisfait qu’il soit déclaré personne à haut risque, en espérant qu’il passe le plus de temps possible à l’intérieur des murs», a dit Denis Vanier, le conjoint de Chantal Cyr.

Gingras sera détenu dans une unité psychiatrique. Au terme de sa peine de prison, il restera sous garde tant qu’il va représenter un risque pour la société.

«Si ça prend 10, 15, 20, 30 ans, il restera là. Mais c’est toujours dans le but de le réhabiliter pour qu’il ne soit plus un danger pour le public, parce que des Frédérick Gingras, malheureusement, il y en a beaucoup dans la rue», a dit Caroline Morin, la tante de Frédérick Gingras.

Depuis son enfance, il y avait des signes avant-coureurs. Le jeune homme a fait plusieurs séjours en psychiatrie, parfois sur ordre du tribunal. Il consommait des drogues depuis son très jeune âge et ne s’est pas plié à ses traitements.

«Comme moi, vous avez pu entendre le passé de cet individu. Qu’est-ce qu’il faisait dehors ? Des personnes n’ont pas réagi quand des lumières ont été allumées», a affirmé M. Vanier.

«Si ce jeune-là qui était gravement malade n’avait pas été laissé à lui-même dans une situation de quasi-itinérance, est-ce que ça aurait pu être évitable ? Je pense que de poser la question, c’est y répondre», a affirmé Kaven Morasse, avocat de Frédérick Gingras.

Dans la même catégorie