/news/society

Nouvelle technique moins invasive pour soigner le cancer du sein

TVA Nouvelles

Une nouvelle procédure à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont permet d'administrer la radiothérapie beaucoup plus rapidement après une chirurgie pour un cancer du sein.

Cette nouvelle intervention pour les cancers de stade précoce diminue le stress des patientes et améliore la récupération.

Lynda Girard souffre d'un cancer du sein à un stade précoce. Vendredi, elle est devenue la première patiente de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont à subir une nouvelle intervention très prometteuse qu'on peut qualifier de 2 en 1.

Il s'agit de la curiethérapie interstitielle, une procédure qui simplifie les traitements de radiothérapie à venir et qui se fait en même temps que l'opération où on enlève la tumeur.

«Je vais insérer des aiguilles qui sont creuses et dans lesquelles une substance radioactive, l'iridium 192, va être insérée pour pouvoir irradier à l'intérieur même de la cavité chirurgicale, là où il y avait la tumeur», explique le Dr Israël Fortin, radio-oncologue.

Après la mastectomie partielle de Mme Girard, le médecin lui implanté des cathéters dans le sein qui vont permettre d’insérer une source radioactive très localisée dès la semaine prochain.

«Contrairement à historiquement ce qu'on faisait pour toutes les patientes de traiter tout le sein, ça nous permet d'irradier juste une partie du sein, de diminuer les doses aux bons organes, au cœur, aux poumons», précise le Dr Fortin.

C'est lui qui a mis sur pied la procédure et qui l'a perfectionnée avec son équipe.

«Cette technique-là nous permet de réduire le temps entre le moment de la chirurgie et la fin de la radiothérapie. Ce qui historiquement était de 2 à 4 mois est maintenant réduit à 12 à 14 jours. Donc, c'est une avancée majeure pour le patient», conclut-il.

Toutefois, pour se qualifier, il faut souffrir d'un cancer à un stade précoce, ce qui est la grande majorité des cas.

Rappelons qu'une femme sur 9 recevra un diagnostic de cancer du sein au cours de sa vie.

Le Dr Fortin espère maintenant pouvoir partager son savoir à travers les autres hôpitaux du pays.