/finance/homepage

Des hausses de tarifs d’électricité limitées pour 4 ans

Pierre Couture | Le Journal de Montréal

STOCKQMI-HYDRO-QUEBEC

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Les clients d’Hydro-Québec ne doivent pas s’attendre à des hausses importantes des tarifs d’électricité au cours des quatre prochaines années, estime le PDG d’Hydro-Québec, Éric Martel.

De passage à Québec hier à l’événement Robotique First, le grand patron de la société d’État a fait savoir que les nouvelles hausses de tarifs demandées devant la Régie de l’énergie seront limitées ces prochaines années.

«Nous, on travaille toujours avec l’inflation en tête. On ne veut pas dépasser l’inflation», a indiqué au Journal le président d’Hydro-Québec, Éric Martel.

Depuis l’arrivée d’Éric Martel à la tête d’Hydro-Québec, les hausses annuelles de tarifs réclamées par la société d’État ont été faites sous le taux d’inflation.

Le 1er avril dernier, la Régie de l’énergie a donné le feu vert pour une augmentation des tarifs d’électricité de 0,9% aux clients résidentiels d’Hydro-Québec.

Baisse de tarifs en 2020?

Dans sa prochaine demande tarifaire qui sera déposée en août prochain devant la Régie, Hydro-Québec devra notamment remettre 100 % des trop-perçus recueillis pour l’année 2018 à ses clients. L’an dernier, les trop-perçus ont atteint 180 millions $.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé le mois dernier qu’Hydro-Québec devra consentir un «rabais spécial» à ses clients en 2020 pour calmer la grogne sur les trop-perçus.

«Je voudrais qu’Hydro Québec, l’année prochaine, fasse un effort pour prendre moins d’argent dans les poches des Québécois. On parle d’un compromis qui serait fait. Une augmentation qui serait moins grande, peut-être même une diminution», a fait valoir le premier ministre Legault.

Le gouvernement Legault a toutefois écarté l’idée de rembourser, par le biais d’une baisse tarifaire, la totalité des trop-perçus (1,7 milliard $) encaissés par la société d’État depuis 2008.

Hydro livrera la commande

Le PDG d’Hydro-Québec dit avoir pris acte de la demande du gouvernement du Québec, actionnaire principal d’Hydro-Québec, et promet de s’ajuster en conséquence.

«Ça amène une réalité. Ça va affecter les profits d’Hydro-Québec. Mais on respecte cette décision. C’est la décision de l’actionnaire. On va se conformer et on va s’ajuster en conséquence», a précisé le PDG.

Au cours des quatre dernières années, les tarifs d’électricité d’Hydro-Québec ont faiblement progressé, passant de 0,7% en 2016, à 0,7% en 2017, à 0,3% en 2018 et à 0,9% en 2019 (1er avril).

Dans la même catégorie