/regional/quebec/quebec

Le président de Taxi Coop Beauport victime d’un malaise cardiaque

Catherine Bouchard | Le Journal de Québec

Mario Vézina, président de Taxi Coop Beauport, a subi un malaise cardiaque dans la foulée du stress vécu avec l’annonce de la réforme de l’industrie du taxi, selon le médecin qu’il a rencontré à l’Hôtel-Dieu de Québec.

photo Stevens Leblanc

Mario Vézina, président de Taxi Coop Beauport, a subi un malaise cardiaque dans la foulée du stress vécu avec l’annonce de la réforme de l’industrie du taxi, selon le médecin qu’il a rencontré à l’Hôtel-Dieu de Québec.

Il n’y a pas que la détresse psychologique qui atteint les chauffeurs de taxi depuis le dépôt du projet de loi 17: mercredi dernier, le président de Taxi Coop Beauport a été conduit d’urgence à l’hôpital, afin de traiter un malaise cardiaque.

Mario Vézina a souffert d’une fibrillation auriculaire, une irrégularité du rythme cardiaque causée par une perturbation des signaux électriques du cœur.

Selon les dires du médecin qu’il a rencontré à l’Hôtel-Dieu de Québec, le Dr Jacques Couture, ce malaise résulte du stress vécu avec l’annonce de la réforme de l’industrie du taxi.

À son arrivée à l’hôpital, son cœur filait à 220 battements minute.

La moyenne est d’environ 60 à 70 battements minute.

«La fibrillation auriculaire peut être causée par l’anxiété, le stress et le manque de sommeil. Depuis le 20 mars, je dors environ de deux à deux heures et demie par nuit», lance-t-il.

Jamais eu de problème de santé

M. Vézina n’a jamais eu de problème de santé et son cœur ne lui a jamais posé problème.

Il s’entraîne d’ailleurs régulièrement depuis 10 ans.

«Le médecin m’a dit que je serais probablement mort, si je ne m’étais pas entraîné. Le cœur n’est pas habitué à forcer de façon aussi intense», poursuit-il.

Lorsqu’il a commencé à se sentir mal, il était au volant de sa voiture.

Il était essoufflé et il sentait que son cœur battait anormalement.

«Je me suis arrêté au carrefour Beauport, il y a souvent une ambulance stationnée. Je ne voulais pas prendre la route, j’avais peur de faire un accident ou de blesser quelqu’un d’autre », poursuit-il.

Les ambulanciers lui ont fait passer un électrocardiogramme et l’ont immédiatement transporté à l’Hôtel-Dieu de Québec.

Insomnie généralisée

Le porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ), Abdallah Homsy, n’est pas surpris de la situation et se dit inquiet de la santé générale des chauffeurs.

«Il y a beaucoup de chauffeurs qui sont stressés et plusieurs m’envoient des textos la nuit, car ils n’arrivent pas à dormir. J’ai également des problèmes de sommeil», lance-t-il, ajoutant n’avoir jamais vécu ce genre de situation.

«J’ai recommandé deux personnes, cette semaine, au centre de prévention du suicide, car ça paraît qu’ils perdent le contrôle. Le point de désespoir est au maximum», poursuit-il.

Le Centre de prévention du suicide de Québec a indiqué cette semaine avoir reçu plusieurs demandes d'aide depuis le geste de désespoir posé en direct à la télé par un chauffeur de taxi le 29 mars.

Dans la même catégorie