/news/society

Des enfants privés de soins de santé gratuits au Québec

Francis Pilon

 - Agence QMI

Des enfants qui habitent au Québec, dont plusieurs nés dans la province, sont privés de soins couverts par l’assurance maladie en raison de leur statut d’immigration ou de celui de leurs parents, dénonce l’Observatoire des tout-petits dans un rapport publié ce lundi.

«Les enfants qui n’ont pas de soins de santé ou dont la mère n’a pas reçu un suivi médical pendant la grossesse sont plus à risque de connaître différents problèmes qui les suivront toute leur vie», a expliqué au « 24 Heures » Fannie Dagenais, directrice de l’Observatoire des tout-petits.

D’après un sondage Léger réalisé pour l’Observatoire, 70 % des Québécois croient que tous les enfants habitant au Québec ont accès gratuitement à des soins de santé, peu importe leur statut d’immigration ou celui de leurs parents.

«Ce n’est pas le cas et on en parle peu ici. De 2017 à 2018, 56 nouveaux enfants sans carte soleil sont allés à la clinique destinée aux migrants à statut précaire de Médecins du Monde. Parmi eux, 25 étaient nés dans la province», a indiqué Mme Dagenais.

«Si les parents ne sont pas couverts par la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), l’enfant ne le sera pas non plus, même si leur bébé est né ici. Pourquoi? Parce que la RAMQ se réfère au statut du parent et non de l’enfant pour couvrir les frais de santé. [...] On pourrait s’inspirer de l’Alberta et l’Ontario qui ont décidé de couvrir les frais de santé pour les tout-petits avec la citoyenneté canadienne. Eux, ils ont automatiquement le droit à l’assurance-maladie », ajoute-t-elle.

Dans son rapport, l'Observatoire des tout-petits note que 48 % des familles migrantes à Montréal déclarent pouvoir subvenir seulement un peu ou pas du tout aux besoins de base de leur foyer et 66 % d’entre elles ont dû renoncer à des soins de santé.

L’Observatoire des tout-petits affirme ne pas posséder de données sur le nombre de familles touchées par cette situation à travers le Québec.

Stress pour les familles

Une mère de famille migrante, qui préfère conserver l'anonymat, a affirmé au « 24 Heures » ne pas comprendre pourquoi son enfant né au Québec n’a pas le droit à une carte soleil.

« Mon enfant a 3 ans. Il est né ici. Il a son passeport canadien et il est Québécois. Même à l’hôpital, on trouve bizarre qu’il n’ait pas accès aux soins de santé. C’est stressant, on n’a pas les moyens de payer 900 $ pour l’amener aux urgences si un accident survient », confie cette maman ayant un statut de travailleur temporaire, qui est arrivée au Canada en 2014.

Dr Samir Shaheen-Hussain, pédiatre urgentiste et consultant pour l'ONG Médecins du monde, dénonce une situation qu’il juge étrange pour le Québec.

« On a déjà une politique, depuis l’année dernière, disant que les enfants peuvent aller à l’école publique, peu importe leur statut d’immigration. [...] C’est étrange qu’ils aient accès à l’éducation, mais pas aux soins de santé », souligne-t-il.

Selon M. Shaheen-Hussain, faciliter l’accès aux soins de santé pour ces enfants est un investissement pour toute notre société puisque cela permettrait d’éviter les complications pouvant être coûteuses pour le système de santé à long terme.