/finance/realestate

Un nouveau service qui ne fait pas l’unanimité

TVA Nouvelles

Un nouveau service de «cautionnement» de locataire pourrait donner un coup de main à ceux qui désirent louer un appartement, mais déjà, il est critiqué.

À la demande d’un futur locataire, l'entreprise suisse Locnest mènera sur ce dernier une enquête pour 20 dollars. Il faudra ensuite payer selon la caution choisie.

«Nous cautionnons jusqu'à concurrence de 5000 dollars, explique Patrick Gisiger, président de l’entreprise. Pour une caution de 5000 dollars, la prime annuelle pour le locataire sera de 400 dollars. C'est-à-dire 8% du montant cautionné.»

Le contrat lie le locataire à Locnest durant toute la durée du bail.

De son côté, le propriétaire se voit protégé «en cas de non-paiement de loyer ou de dommages au logement», mentionne M. Gisiger.

«Si quelques problèmes arrivent, les propriétaires peuvent se retourner vers nous pour obtenir un dédommagement»

Scepticisme

La Corporation des propriétaires immobiliers du Québec se montre prudente envers ce nouveau service.

«Ce qu'il faudrait vraiment, c'est un certificat de garantie qui permettrait au locataire de récupérer son argent, soulève Hans Brouillette, de la Corporation. Dans ce cas-ci, l'argent quitte les mains du locataire.»

Les associations de locataires émettent aussi des réserves face à Locnest.

«On le perçoit comme une façon de contourner l'interdiction de demander un dépôt de garantie, déplore Maxime Roy-Allard, du Regroupement des comités logement et des associations de locataires. Puisque, au Québec, on n'a pas le droit de le demander, du moins. Beaucoup de propriétaires le demandent. On contourne cette illégalité-là en demandant une assurance au locataire.»"

Pour le moment, Locnest dit avoir le vent dans les voiles.

«En l'espace de trois mois, en 2019, on a triplé le volume des ventes de l'ensemble des ventes de l'année 2018», avance son président.

Locnest bouscule aussi les associations de propriétaires qui exigent des frais d'une trentaine de dollars en moyenne pour faire des enquêtes de crédit sur les futurs locataires.

Jusqu'à maintenant, ni les associations de propriétaires ni les associations de locataires n'ont reçu de plainte concernant les activités de Locnest.

-D’après le reportage de Richard Olivier

Dans la même catégorie