/news/politics

Le PQ réclame l’heure juste sur la traverse de Matane–Baie-Comeau–Godbout

Marc-André Gagon | Journal de Québec

archives, Journal de Québec

À défaut de savoir si l’acquisition du NM Saaremaa est toujours dans les cartons, l’opposition péquiste craint que les mesures de rechange annoncées par la Société des traversiers du Québec ne perdurent jusqu’au retour du NM F.-A. Gauthier, à la fin de l’été.

Comme elle l’avait laissé présager au moment d’annoncer la mise au rancart de l’Apollo après seulement quelques traversées, la Société des traversiers du Québec a annoncé mardi par voie de communiqué la bonification des dessertes maritimes de Rimouski–Forestville et de Trois-Pistoles–Les Escoumins.

Les opérateurs privées de ces deux traverses ont accepté d’amorcer leur saison quelques semaines plus tôt en attendant le retour à la normale à la traverse de Matane.

L’offre de service «consolidée, régulière et prévisible» annoncée pour les «prochains mois» par la STQ comprend aussi la poursuite jusqu’à la fin juillet de la liaison aérienne entre Mont-Joli, Baie-Comeau et Sept-Îles.

Service minimal

«Ma crainte présentement, c’est que ce service minimal-là pourrait être celui qui va se maintenir toute la saison, si effectivement, il n’y a pas un deuxième bateau qui s’en vient», a réagi le député péquiste de René-Lévesque, Martin Ouellet.

À l’heure actuelle, le retour du NM F.-A. Gauthier, qui est retenu au chantier Davie jusqu’à ce que de nouvelles pièces soient usinées afin de remettre le système de propulsion en état, n’est pas attendu avant la fin août.

En janvier dernier, la STQ avait lancé un avis d’intention afin de procéder à l’acquisition d’un navire de relève âgé d’une dizaine d’année capable d’assurer le service jusqu’au retour du F.-A. Gauthier. Il était alors «prévu que le contrat d’achat du navire soit conclu  le 20 février 2019 afin que le navire soit livré [...] au plus tard le 31 mars [...] et mis en service à la traverse Matane—Baie-Comeau—Godbout pour le 20 avril 2019».

Jouer à la cachette

Plusieurs médias dont Le Journal ont depuis rapporté que c’est le NM Saaremaa qui est dans la mire de la STQ depuis déjà plusieurs mois. Mais comble du malheur, quelques jours avant de mettre le cap vers le Canada, selon ce qui a été rapporté, le traversier de relève potentiel est entré en collision avec un autre bateau, dans le port de Cuxhaven, en Allemagne, où il demeure amarré depuis. Entre St. Barbe et Blanc-Sablon, un navire identique, le NM Qajaq W, peine aussi à offrir le service depuis qu’il a remplacé l’Apollo.

Jamais la STQ n’a voulu confirmer si le Saaremaa a déjà et est toujours dans sa mire. « La STQ a perdu notre confiance », a pesté mercredi matin le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, qui demande à ce que le ministre Bonnardel de répondre pour la société d'État.

«Qu’on arrête de jouer à la cachette, a dit le député de Matane. Quel navire ils ont acheté, puis il arrive quand? Est-ce qu’on peut le savoir? [...] Est-ce qu’on peut accélérer son arrivée?»

«Je peux vous assurer qu’on continue de travailler très très fort pour avoir un bateau de relève. On aura nécessairement des informations à vous donner en temps et lieu», a indiqué à ce sujet M. Bonnardel, mercredi.

«J’ai toujours mentionné qu’il y aurait un bateau de relève disponible pour les gens de Baie-Comeau et les gens de la Gaspésie d’ici le début de l’été, donc on continue d’y travailler», a-t-il ajouté.

 

Dans la même catégorie