/regional/estduquebec/basstlaurent

Manifestation pour la revitalisation du centre-ville de Rimouski

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles 

Quelque 250 personnes se sont rassemblées au centre-ville de Rimouski mercredi midi afin de démontrer leur appui au projet de revitalisation de la Grande Place, un centre commercial en décrépitude situé en plein cœur de la ville. 

«Je suis là parce que je crois que la population en général commence à en avoir ras le bol de voir qu'à chaque fois qu'il y a des projets rassembleurs à Rimouski, il y a un groupuscule de personnes qui vient faire de l'obstruction. On dirait qu'il y a toujours quelque chose qui nous empêche d'aller de l'avant», a lancé le Rimouskois Réjean Pigeon.

Les citoyens de Rimouski se sont déplacés dans l'espoir que les sept propriétaires riverains qui s'opposent au projet reviennent sur leur décision.

«C'est un beau projet pour la Ville de Rimouski et je trouve ça dommage qu'une minorité de personnes puisse bloquer un beau projet pour l'ensemble des citoyens de la Ville», a déclaré la Rimouskoise Lucile Porlier.

En février, le Groupe Sélection présentait un projet de 45 millions de dollars pour revitaliser le secteur de la Grande Place à l'abandon depuis plusieurs années.  Pour aller de l'avant, le Groupe Sélection devait toutefois avoir l'aval des 97 propriétaires qui détiennent un droit de servitude sur les stationnements situés en bordure du fleuve. À ce jour, sept de ces 97 propriétaires refusent toujours de donner leur accord. Le projet du Groupe Sélection est donc sur la glace. 

«On est en train de vivre une réalité totalement différente, la population sort dans la rue pour supporter un projet poussé par une ville, disons que l'on est plutôt habitués au contraire. Ça me rend extrêmement fier», s'est exclamé le maire de Rimouski, Marc Parent.

Puisqu'il est possible que les propriétaires récalcitrants restent campés dans leur position, le Groupe Sélection ainsi que la Ville affirment être en train d'évaluer les autres options qui s'offrent à eux. Le projet de loi privé semble être l'option privilégiée jusqu'ici.