/regional/montreal/montreal

Au tour de l’Impact de contester ses taxes

Dominique Cambron-Goulet | Bureau d'enquête

Impact de Montréal

PIerre-Paul Poulin / JdeM

L’Impact de Montréal s’adresse à la Cour supérieure pour faire annuler environ 700 000 $ en taxes municipales. Il s’agit d’une autre étape dans l’offensive de l’équipe pour réduire sa charge fiscale.

Dans une requête déposée cette semaine, l’Impact de Montréal demande au tribunal d’annuler des comptes de taxes pour les terrains de son centre d’entraînement et pour le chalet du parc Champêtre situé tout près.

Les différentes factures en litige totalisent près 700 000 $ pour 2018 et 2019.

À la fin de 2017, la Ville a inscrit l’Impact comme occupant d’une partie des terrains de soccer et du chalet du parc Champêtre, ce qui a pour effet de faire payer des taxes à l’équipe sportive de Joey Saputo.

Selon l’Impact, cette subdivision faite par la Ville de Montréal ne respecte pas la loi sur la fiscalité municipale.

L’équipe affirme qu’elle s’était engagée à construire les installations dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve et à les rendre accessibles au public, en échange d’un congé de taxes.

Or, la Ville de Montréal nie l’existence d’une telle entente.

Autre contestation

Depuis l’automne, l’équipe sportive s’est également adressée au Tribunal administratif du Québec (TAQ) pour contester la valeur accordée au stade Saputo et son centre d’entraînement.

L’Impact de Montréal croit notamment que l’évaluation municipale du stade Saputo devrait plutôt être de 3 M$, et non de 33 M$.

En gagnant sa cause, l’Impact ferait passer ses taxes municipales de 1,2 M$ à environ 110 000 $ par année.

Les dossiers au TAQ seront entendus en novembre 2019 et en mars 2020.

« Absurde » selon Saputo

À la fin de la dernière saison, Joey Saputo avait révélé aux médias qu’il perdait « 11 M$ ou 12 M$ » par année avec son équipe.

« Nous avons donné 60 M$ pour que Montréal ait un stade. Aujourd’hui, je suis taxé sur un don! Taxez-moi sur mon entreprise, mais pas sur ce que je donne », avait-il pesté, qualifiant sa facture de taxes d’« absurde ».

M. Saputo avait même mentionné avoir rencontré la mairesse Valérie Plante pour qu’on lui accorde un congé de taxes.

L’administration Plante a cependant refusé d’offrir un traitement particulier à l’équipe de la MLS et n’a toujours pas l’intention de le faire, a confirmé vendredi le porte-parole Youssef Amane.

Cette histoire n’est pas sans rappeler la poursuite déposée jeudi par la famille Molson contre la Ville de Laval.

L’occupant de la Place Bell réclame 7 M$ à Laval, alléguant que la Ville n’a pas respecté son engagement de lui verser une contribution financière.

Dans la même catégorie