/news/culture

«Je fais plus de spectacles que jamais» - Maxime Landry

Victor-Léon Cardinal | Agence QMI

Archives/Daniel Mallard/JOURNAL DE QUEBEC

Maxime Landry n’est pas qu’un chanteur, c’est aussi un prolifique auteur. Ayant lancé son premier livre, «Journal d’un disparu», en 2015, l’artiste nous revient avec un quatrième roman intitulé «Fils cherche père, si affinités». Rencontre avec un passionné qui marque cette année les 10 ans de son passage à «Star Académie».

Dans son nouveau roman, «Fils cherche père, si affinités», Maxime Landry met en scène Antoine Blanchard, un jeune homme qui a été abandonné à la naissance et qui décide de partir à la recherche de son père biologique.

«Tout ce qu’Antoine sait sur ses parents, c’est que son père est un auteur connu. Cette quête le mènera à Paris, où il obtiendra des réponses à ses questions.»

Dans l’écriture de ce quatrième roman, l’auteur précise qu’il ne s’est aucunement inspiré de son vécu.

«J’avais envie d’écrire une histoire d’adoption. Il s’agit d’un sujet qui me touche énormément et qui illustre l’urgence de vivre.»

Un lieu inspirant

Passionné par l’écriture, l’artiste prend, chaque année, le temps qu’il faut pour aller écrire dans sa maison en Beauce.

«La Beauce est pour moi un endroit inspirant. De plus, toute ma famille est là. Lorsque je suis là-bas, je m’impose un horaire d’écriture qui débute à 8 h le matin et qui se termine le soir. Même si je travaille beaucoup, j’ai vraiment l’impression d’y être en vacances.»

Ayant depuis trois ans sa maison de disques, Productions Le Veilleur, Maxime Landry compte bientôt installer dans cette seconde demeure un studio d’enregistrement.

«J’ai produit moi-même mon cinquième album et je produis mes spectacles. Peut-être que, plus tard, je produirai d’autres artistes. D’ici là, j’ai déjà un cinquième livre et un sixième album en préparation.»

De plus, Maxime Landry profite de ses séjours dans sa région natale pour passer du temps avec sa mère, qui est en rémission d’un cancer depuis 2015.

«Ma mère va très bien. Avec ma nouvelle routine d’écriture, j’ai la chance de la voir encore plus souvent qu’avant», se réjouit l’artiste, qui partage sa vie entre la Beauce et la Rive-Sud de Montréal.

L’Europe dans la mire

Alors qu’il marquera ce mois-ci les 10 ans de sa victoire à la quatrième édition de «Star Académie», Maxime Landry se dit heureux de faire encore partie du paysage artistique québécois. De plus, le jeune homme caresse toujours le rêve de percer le marché européen.

«Je suis actuellement en tournée au Québec avec le spectacle "Francostalgie", qui sera présenté du 17 juillet au 4 août au Capitole de Québec. Le public est au rendez-vous et le producteur envisage de présenter ce spectacle en France en 2020. Je ne veux pas manquer cette occasion d’aller faire carrière là-bas et d’y décrocher un contrat de disque.»

Des projets plein la tête

En attendant, ce ne sont pas les occasions de monter sur scène qui manquent!

«Je fais plus de spectacles que jamais. J’ai plusieurs projets avec Laurence Jalbert et Annie Blanchard. Cet été, je vais d’ailleurs reprendre avec elles la tournée "La caravane country", à laquelle participent aussi Marc-André Fortin et Paul Daraîche. De plus, nous reviendrons à la fin de l’année avec "Symfolies de Noël". Ç’a été un grand succès l’an dernier, et nous prévoyons faire d’autres spectacles et un album avec ça.»

Par ailleurs, Maxime Landry, qui coanimera le 2 juin avec Annie Brocoli le Téléthon Opération Enfant Soleil, aspire renouer avec le métier d’animateur.

«J’ai eu mon émission pendant trois ans à Rouge FM, jusqu’en 2017. J’aimais vraiment ça et ça me manque beaucoup. Si l’occasion d’animer à nouveau à la radio ou ailleurs se présente, il est certain que j’embarquerai. En dehors de l’animation, j’ai le rêve d’écrire une série pour la télévision», confie-t-il.

Sur le plan personnel, Maxime Landry vit harmonieusement son célibat.

«Je suis très heureux dans ma vie. Je me dis qu’à un moment donné, ça va arriver, je vais tomber sur la bonne personne.»