/news/culture

Jimmy Moore : Madonna presque en chair et en os

Anne Bourgoin | Agence QMI  

https://www.jimmymoore.ca

https://www.jimmymoore.ca

Depuis 20 ans, il personnifie les plus grands noms, de Céline Dion à Michael Jackson, en passant par Tina Turner et Lady Gaga. Mais son cœur est particulièrement attaché à Madonna, qui a été le déclencheur de sa carrière. Ce samedi, 13 avril, il sera sur la scène de l’Astral pour présenter le «Blond Ambition Tour» de Madonna et nous en mettre plein la vue!

Jimmy, tu es personnificateur professionnel. De quoi s’agit-il?

C’est quelqu’un qui va essayer d’interpréter une personnalité dans ses moindres détails, que ce soit dans les costumes, le maquillage, la gestuelle, le visuel et l’interprétation des chansons. Le meilleur exemple, c’est Marion Cotillard dans «La vie en rose». Elle personnifie littéralement Édith Piaf. Mon art à moi se situe dans cette lignée. Je fais tout, de la chorégraphie à la gestion et même à l’engagement du personnel. Au Canada, je suis le seul personnificateur, je suis unique. Il n’y a personne d’autre qui le fasse.

Tu présentes le «Blond Ambition Tour» de Madonna à l’Astral et c’est tout un défi!

Oui, je suis accompagné de huit danseurs. Et tous les costumes sont reproduits à l’identique. Je travaille avec deux costumiers qui adaptent les tenues à mon corps. C’est un travail de fou, mais ça en vaut la peine. Les gens ne peuvent pas comprendre mon talent tant et aussi longtemps qu’ils n’ont pas vu mon spectacle. C’est du spectaculaire durant deux heures.

Comment est née cette vocation?

Je me suis affirmé très jeune. Je savais que je serais un artiste, mais je ne savais pas vraiment en quoi. Puis j’ai vu une émission de personnificateurs, et ç’a été le déclic. J’imitais tout le temps des chanteurs, je faisais du «lip sync», etc. Et surtout Madonna, que j’adorais. J’avais 13 ans, c’était
son époque «sexe». Moi, je voyais son courage, sa force de caractère et son ambition. C’était mal vu de l’aimer alors qu’on était en pleine période grunge avec Nirvana. Je faisais des concours de chant en interprétant des chansons de Madonna, je n’avais «pas rapport». (rires) À 18 ans, je me suis lancé et, très rapidement, je me suis fait connaître. Je vais toujours revenir à Madonna, parce qu’elle a bercé mon adolescence et que j’ai commencé avec elle...


As-tu eu l’occasion de te produire devant elle?

Non, mais elle sait que j’existe. J’ai performé en 2008 dans une soirée privée pour son équipe de production. Ils ont adoré! (rires) C’est ma grande fierté.

Jimmy Moore personnifie Madonna dans le «Blond Ambition Tour», à l’Astral, à Montréal, le 13 avril. Il sera aussi à l’Astral le 8 juin dans la peau de Michael Jackson. Infos: sallelastral.com

Pour plus de détails : https://www.jimmymoore.ca