/news/society

La pénurie de médecins est préoccupante, selon Sylvain Gaudreault

Amélie St-Yves | Agence QMI 

Simon Clark/Agence QMI

Le porte-parole péquiste en matière de santé, Sylvain Gaudreault, croit que le manque à combler de 800 médecins de famille au Québec est préoccupant, et qu’une partie de la solution passe par les pouvoirs délégués aux infirmières et aux pharmaciens.

«C’est clairement la responsabilité du Dr Barrette et du précédent gouvernement libéral», a souligné M. Gaudreault, en entrevue avec l’Agence QMI.

«Le Journal de Montréal» rapportait samedi matin qu’il manque entre 800 et 1000 médecins de famille en province, selon la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ). Le président de ce syndicat, Louis Godin, pointe la réforme Barrette comme étant le grand responsable de cette pénurie.

Concrètement, la FMOQ estime avoir perdu 450 médecins en trois ans en raison de départs hâtifs à la retraite, de virages au privé et d’une baisse des inscriptions en médecine familiale. Pendant ce temps, l’ajout net de médecins de famille par année est en baisse.

Cela démontre plus que jamais l’importance de décloisonner les professions, selon Sylvain Gaudreault.

«Ce qui compte, d’abord et avant tout, c’est les soins aux patients et pour ça, il faut qu’on donne plus de pouvoir aux infirmières, plus de pouvoirs aux pharmaciens, psychologues, travailleurs sociaux, et autres professionnelles de la santé», a-t-il dit.

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, n’était pas disponible pour une entrevue samedi. Son cabinet a toutefois indiqué travailler sur une réforme de l’accès au système de santé, qui passera par un décloisonnement des professions et un changement du mode de rémunération.

Changement de ton

Un élément positif cette année est que 481 des 504 postes en résidence en médecins familiale ont été comblés. L’an dernier, il y avait deux fois plus de postes vacants.

Le président de la Fédération médicale étudiante du Québec, Patrice Levasseur-Fortin, estime que le changement de ton de la ministre McCann peut avoir eu un effet bénéfique.

«On est très encouragés par le discours politique actuel envers la médecine de famille», a-t-il dit.

Le député Sylvain Gaudreault a également entendu parler de ce changement de ton, mais il estime que la ministre McCann doit maintenant concrétiser ses intentions par des gestes, des moyens et un plan d’action.

«C’est sûr que changer de ton par rapport au Dr Barrette, ce n’est pas très dur. Il était tellement cassant et arrogant. Le changement de ton, avec la ministre McCann, je l’entends sur plein de sujets. Une fois qu’on change de ton, il faut que ça atterrisse», a-t-il dit.

L'ex-ministre Gaétan Barrette a décliné notre demande d'entrevue, samedi.

Dans la même catégorie