/news/politics

Montréal pourrait devoir se priver pour Québec, reconnaît Duclos

Dominique Lelièvre | Journal de Québec 

Le ministre Jean-Yves Duclos

Christopher Nardi

Le ministre Jean-Yves Duclos

Le scénario d’un montage financier alternatif pour le réseau structurant de Québec, par lequel il serait demandé à Montréal de renoncer à certaines sommes, est bel et bien sur la table, confirme Ottawa.

«La réponse, c’est oui», a brièvement déclaré le ministre fédéral Jean-Yves Duclos, samedi, après avoir été interrogé spécifiquement sur cette éventualité.

Citant des sources concordantes, Le Journal rapportait samedi que les paliers de gouvernement supérieurs songent à convaincre la métropole de renoncer à une partie des sommes, qu’elle peut pourtant prétendre toucher dans le Programme fédéral d’infrastructures de 5,2 G$. Une éventualité à laquelle Montréal est très réticente.

Plus souple

Le gouvernement fédéral est prêt à se montrer plus souple dans l’octroi des fonds prévus par ce programme, a expliqué M. Duclos, en marge de la journée d’accueil pour les nouveaux arrivants à Québec.

Cela permet maintenant aux provinces de distribuer l’argent aux projets de transport collectif en contournant les critères du programme, soit l’achalandage et la population. L’accord des collectivités qui perdent ou qui gagnent à ce jeu est cependant nécessaire.

«C’est une bonne nouvelle parce qu’on peut maintenant l’utiliser au Québec pour voir de quelle manière on va pouvoir aller de l’avant rapidement [avec le projet de réseau structurant]», a commenté M. Duclos.

Pas inquiet

Même si une bataille semble se dessiner avec Montréal pour le partage des fonds fédéraux disponibles, la Ville de Québec reste confiante.

«On n’est pas inquiets», a assuré Rémy Normand, vice-président du comité exécutif à la Ville de Québec, en marge du même événement. Le président du RTC a parlé de ce scénario comme étant «hypothétique», révélant du même souffle que la Ville de Québec n’en a pas été informée encore.

Les derniers développements sont le signe que les discussions se poursuivent entre Québec et Ottawa, ce qui est «positif», selon lui. Il insiste cependant pour dire que le financement du réseau structurant ne doit pas se faire «au détriment des autres municipalités».

Dans la même catégorie