/news/society

Des salles d’opération toujours vacantes au nouveau CHUM

Héloïse Archambault | Journal de Montréal

Chantal Poirier/Journal de Montréal

Un an et demi après l’ouverture du nouveau CHUM, le bloc opératoire ne fonctionne toujours qu’à 70 % de sa capacité en raison de la pénurie de personnel, qui force même l’annulation d’opérations.

« Bien sûr que j’aimerais toujours que ce soit plus avancé », réagit le président-directeur général du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), le Dr Fabrice Brunet.

« On priorise en fonction de la gravité d’urgence du patient, et en fonction des besoins », ajoute-t-il, en entrevue au Journal.

Présentement, 27 des 39 salles d’opération, soit 70 % d’entre elles, sont en utilisation au CHUM, qui a ouvert ses portes en novembre 2017. Du côté des soins intensifs (SI), seulement 42 des 66 lits sont ouverts, soit 63 %. Aucune progression n’a été notée depuis novembre.

Entre le 6 janvier et le 21 mars, 412 chirurgies ont été annulées et reportées, soit 8 % de toutes les opérations prévues, selon les données fournies en exclusivité au Journal. Dans 90 cas (22 %), le manque de lits aux SI est en cause.

La direction calcule qu’il manque environ 250 infirmières, soit environ 15 % des effectifs, et 50 préposés aux bénéficiaires.

« C’est une vraie réalité », avoue le Dr Brunet.

Pas une question d’argent

« Ce n’est pas un problème de budget [...], c’est un problème de ressources humaines et de formation », ajoute-t-il.

À noter que le nombre de chirurgies reportées était similaire à la même période, l’an dernier. Or, la direction n’a pas de donnée antérieure pour évaluer si ce chiffre est réellement plus élevé qu’avant la fusion des trois hôpitaux.

Malgré tout, le Dr Brunet assure que le CHUM respecte le calendrier progressif prévu au bloc opératoire. On vise une utilisation à 100 % d’ici septembre.

« Si mes équipes craquent parce que je vais trop vite dans la montée en puissance, je vais pénaliser les patients parce que l’équipe ne sera pas au maximum de sa capacité et je vais risquer un bris de service », croit-il.

À noter que le CHUM n’est pas encore complété. Un stationnement, un auditorium et des bureaux sont toujours en construction. Normalement, tout devrait être complété en décembre 2020.

Chirurgie repoussée sans raison

Une patiente du CHUM qui combat un cinquième cancer déplore que sa chirurgie ait été récemment annulée à trois jours d’avis, sans raison précise.

« On me dit : On s’excuse, l’opération est annulée, le médecin est bien désolé », raconte Diane Brissette, âgée de 64 ans. Mais on ne nous donne jamais d’explication. »

Retraitée, la femme combat un cinquième cancer depuis un an seulement. Après avoir découvert une bosse dans son cou, le diagnostic a confirmé une masse cancéreuse.

Le 3 avril dernier, le CHUM l’avait appelée pour l’informer qu’elle serait opérée le 8 avril, soit cinq jours plus tard.

« Au CHUM, ils ont une tendance à appeler 24 ou 48 heures à l’avance pour la chirurgie ou les tests. Ça s’appelle : il faut être disponible ! Ils n’aiment pas tellement qu’on refuse », souligne la dame qui réside à L’Île-Bizard.

Du stress de plus

En vue de l’opération, elle a cessé de prendre des antidouleurs qui la soulagent pour sa chimiothérapie orale. Or, le 5 avril, le CHUM l’a rappelée pour lui dire que sa chirurgie était reportée au 16 avril.

« Ma valise était prête. Ma fille avait pris congé », dit-elle.

Inquiète, elle a passé les jours suivants à se demander si sa condition médicale s’était dégradée.

D’ici là, la patiente ne peut qu’espérer que sa chirurgie ne soit pas reportée encore une fois.

« J’espère. On ne peut pas faire autre chose. On espère, et on a peur », dit-elle.

Heureusement, son cancer est actuellement dans une phase dormante. Or, il pourrait devenir agressif s’il se réveille. Si tout va bien et que la chirurgie a lieu bientôt, Mme Brissette souhaite aller en voyage avec sa fille.

Au moins, la dame se console d’être à la retraite, et de ne pas avoir à prendre congé pour sa chirurgie, comme plusieurs autres.

« Quand on a le cancer, on se fait répéter qu’il faut recommencer à vivre. Mais ils passent leur temps à remettre les rendez-vous et les chirurgies ! déplore-t-elle. Je traîne mon téléphone. »

Chirurgies reportées au CHUM en 2019

Janvier: 166 (8,05 %)

Février: 146 (6,99 %)

Mars*: 100 (8,68 %)

Principales raisons des annulations

56 Intervention remplacée par une urgence

74 Surcharge du programme

90 Soins intensifs non disponibles

42 Le patient ne s’est pas présenté

44 Raison médicale (report)

*données partielles jusqu’au 21 mars

Source : CHUM

Dans la même catégorie