/news/society

Deux ans plus tard, la maternité pourrait finalement être reconnue

Sébastien Dubois | TVA Nouvelles 

Le dossier de la femme de Lévis à qui on ne reconnaissait pas la maternité de son dernier enfant né en 2017 en raison de son état de santé semble se diriger vers un dénouement heureux.

À LIRE ÉGALEMENT

Deux ans après son accouchement, elle n’est toujours pas reconnue comme la mère

Lundi matin, au lendemain de la diffusion d’un reportage de TVA Nouvelles, le conjoint de Caroline Lacasse, Jean-Francois Aubé, a reçu un appel du directeur de l'état civil l’informant qu’il n'aura qu'à remplir un document et le faire authentifié par un avocat afin de faire reconnaître que sa conjointe est bien la mère de leur fils, Félix-Antoine.

Mme Lacasse avait été admise d’urgence à l’hôpital 10 jours après son accouchement il y a bientôt deux ans. Elle est restée trois mois dans le coma et elle garde aujourd'hui des séquelles du virus qui l’a terrassée. Elle a retrouvé la parole, mais elle reste lourdement handicapée et vit dans un centre de soins de longue durée.

La situation, déjà problématique, a engendré un autre problème: avant de tomber malade, Mme Lacasse n’avait pas eu le temps de remplir la déclaration de naissance de son fils, alors que les règles exigent que, pour apparaître sur le certificat de naissance comme parent, il faut avoir rempli le formulaire en question.

«J'étais très heureux ce matin à 9 h lorsque j'ai reçu l'appel de l'état civil», a mentionné Jean-François Aubé. C'est une pression énorme qui tombe après un an et demie de démarche.»

La maternité de sa conjointe pourra donc enfin être reconnue officiellement.

Par ailleurs, a rapporté TVA Nouvelles, lundi, un avocat de Québec s'est manifesté afin d'aider gratuitement M. Lacasse dans ces dernières démarches.

Dans la même catégorie