/news/society

Réorganisation chez exo moins de deux ans après sa création

Camille Dauphinais-Pelletier | Agence QMI

GEN-Trains de banlieue EXO et des passagers

MARIO BEAUREGARD/AGENCEQMI

Après moins de deux ans d’existence et plusieurs départs au sein de son personnel, le transporteur exo a réorganisé sa structure interne, passant de 11 à 7 directions.

«L’étape de la transition étant maintenant terminée, l’objectif est de tirer le plein potentiel de notre modèle d’affaires», a expliqué la porte-parole Catherine Maurice, faisant référence à la création d’exo, née de la fusion de 14 organisations.

Ce remaniement interne survient après que le «24 Heures» ait révélé qu’exo a connu un taux de roulement de personnel de 22 % en 2018 et perdu quatorze membres de direction depuis le début de l’année passée.

Avec cette restructuration, les activités d’exploitation des trains de banlieue, des autobus et des services de transport adapté desservant les municipalités des couronnes seront regroupées sous la direction Exploitation. Les grands projets seront pris en charge du début à la fin par la direction Projets et une direction entièrement consacrée à l’expérience client sera mise en place.

La restructuration, qui a été présentée aux employés mardi, n’entraînera pas de mises à pied et aucun employé ne subira de baisse de salaire, a affirmé exo.

«[Avec la restructuration], nos employés vont avoir une belle opportunité de continuer à bâtir cette organisation. Il y avait certes besoin de mieux clarifier les rôles et les responsabilités à l’intérieur des équipes, de même qu’à simplifier l’organisation du travail pour assurer une meilleure cohérence et efficacité pour livrer nos projets et nos services», a résumé Mme Maurice.

L’organisation a aussi fait les manchettes pour avoir suscité la grogne de la population dans quelques dossiers, dont les baisses de service et les retards sur la ligne de train Deux-Montagnes, ainsi que des retards d’autobus sur la Rive-Sud.

L’équipe des affaires publiques relèvera dorénavant du bureau de la direction générale, dans le but de renforcer le lien entre exo, les municipalités du Grand Montréal qu’elle dessert et les autres organisations de transport collectif.