/news/culture

Des envies d'écriture et de comédie pour Martin Dubreuil

Yan Lauzon | Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Profitant actuellement d'un «petit creux» qui «fait du bien» dans son horaire de travail, Martin Dubreuil a tout le loisir de développer une histoire qui ne cesse de lui trotter en tête.

Porte-parole de la cinquième édition du festival de courts-métrages Longue vue sur le court qui se tiendra à Montréal du 24 au 28 avril, l’acteur a encore le désir d’écrire une œuvre.

«Il y a des années, j'écrivais plus, rappelle-t-il. J'ai réalisé trois courts-métrages vraiment de série B où je tenais moi-même la caméra, je faisais jouer mes amis. Et ça me manque. Je fais un peu ce commentaire-là à la blague, mais réaliser c'est un peu comme être Dieu et jouer, c'est un peu comme être Jésus.»

Bien qu’il ait prouvé qu’il peut à la fois effectuer du boulot devant et derrière la caméra, Martin Dubreuil n’est pas convaincu qu’il serait à la fois grand manitou et acteur pour ce nouveau projet.

«Je ne sais pas si je jouerais dans ce que je réaliserais, mais j'aimerais ça écrire et réaliser un court-métrage. J'ai une idée qui me reste depuis quelques années. Ce serait assez spécial, surréaliste.»

Un peu d'humour?

Depuis plusieurs années, on associe surtout le visage de Martin Dubreuil à des propositions sombres. Comme il avoue aimer explorer les différentes facettes de sa personnalité, pourquoi ne pas se tourner vers la comédie? L'artiste confie caresser l'idée.

«Je suis toujours en train de faire des "jokes" dans la vie et j'ai un peu un fantasme de faire un genre de Pierre Richard. Mais je pense que je vais me l'écrire parce que j'ai vraiment des "jokes" auxquelles seulement moi peut penser et peut bien faire. Faire mes propres "jokes", ce serait plus évident que de recréer des blagues que quelqu'un d'autre met sur papier.»

Par contre, pour le moment, c'est encore son jeu dramatique qui fait jaser. Sa prestation dans le long métrage «À tous ceux qui ne lisent pas», en tant que poète, lui a d'ailleurs permis de décrocher une nomination au prochain Gala Québec Cinéma parmi les meilleurs acteurs.

«Mon Yves Boisvert est exubérant, mais il a une profondeur», précise-t-il.

Viateur Lajoie de retour

Figure forte et rouage important de la première saison de la série «Les honorables» sous les traits du criminel Viateur Lajoie, Martin Dubreuil confirme que son personnage figure dans l’intrigue de la suite.

Il devrait même être au cœur d’une confrontation attendue avec Gaétan Dessureaux, rôle défendu par Sylvain Marcel, son ancien homme de bras.

«J'ai vu le scénariste [Jacques Diamant, NDLR]. Il m'a dit que mon personnage allait être là et que ça allait être bien intéressant entre lui et le personnage de Sylvain Marcel. On va être beaucoup ensemble.»

Les 10 premiers épisodes de la série «Les Honorables» sont offerts sur Club illico.