/finance/homepage

Le Québec pourrait perdre plus de 3 milliards en péréquation

Véronique Morin | Agence QMI

Finanzen, Euro, Münzstapel auf Tabellen mit Stift und Taschenrechner, Panorama, Hintergrund

v.poth - stock.adobe.com

Le Québec pourrait perdre plus de 3 milliards de dollars par année si le premier ministre désigné de l'Alberta Jason Kenney mettait à exécution sa menace d'un référendum sur la péréquation et qu'il obtenait l'appui de la majorité des autres provinces canadiennes, a soulevé le directeur de la recherche du Bureau d'enquête de l'agence QMI, Jean-François Gibeault.

Ce montant provient du calcul de la formule 50-50 proposée par le premier ministre de la Saskatchewan Scott Moe, qui a exprimé, dans le passé, son appui à Jason Kenney en faveur d'un pipeline et d'une révision du programme de péréquation.

À l'heure actuelle, la part de chaque province admissible est calculée en fonction de son niveau de richesse. Selon ce critère, l’Alberta et la Saskatchewan n’ont pas droit à la péréquation. M. Moe propose que, désormais, la moitié de la péréquation soit distribuée en fonction du nombre d’habitants de chaque province, pour que sa province et celle de M. Kenney en reçoivent aussi. Il en résulterait une perte de 3 à 4 milliards de dollars par année pour le Québec.

Cette année, le Québec recevra 13,1 milliards $ en péréquation.

Si la formule était changée selon la formule 50-50, ce montant passerait à moins de 10 milliards $ par année.