/news/world

Le «taliban américain» sortira de prison en mai

Agence France-Presse

Surnommé le «taliban américain», John Walker Lindh, capturé en Afghanistan en novembre 2001 quelques semaines après le début de l'offensive des États-Unis dans le pays, doit être libéré en mai après avoir passé 17 ans derrière les barreaux.

Selon des documents récemment transmis au tribunal, l'Américain de 38 ans sortira le 23 mai d'une prison fédérale de l'Indiana, alors que le conflit n'a toujours pas pris fin en Afghanistan.

Né dans une famille catholique, John Walker Lindh s'est converti à l'islam au cours de ses années au secondaire, près de San Francisco, en Californie.

Il n'a que 17 ans lorsqu'il se rend au Yémen en 1998 pour y étudier l'arabe, avant de rejoindre les forces talibanes en Afghanistan en 2001, quatre mois avant les attentats du 11 septembre perpétrés par Al-Qaïda.

Capturé en Afghanistan après l'offensive lancée en représailles par les forces de la coalition sous commandement américain, il est renvoyé aux États-Unis afin d'y être jugé.

Le jeune homme, qui affirme avoir été torturé au cours de sa détention, accepte de plaider coupable d'avoir rendu des services aux talibans et de possession illégale d'armes.

Condamné à 20 ans de prison, il a bénéficié d'une remise de peine pour bon comportement.

Des documents transmis la semaine dernière au tribunal fédéral d'Alexandria, où il avait été jugé, montrent que M. Lindh a accepté de se plier à de strictes conditions lors de ses trois années de probation.

Ses activités sur internet seront notamment surveillées en permanence; il ne pourra pas communiquer en ligne dans une autre langue que l'anglais sans permission, et ne pourra pas entrer en contact avec des extrémistes ou consulter «des contenus véhiculant extrémisme ou opinions terroristes».

Le «taliban américain», qui a obtenu en 2013 la nationalité irlandaise, ne pourra pas non plus voyager à l'étranger ces trois prochaines années sans autorisation du tribunal.