/news/world

Les Parisiens ont perdu leurs repères

TVA Nouvelles

Quand la flèche surmontant la cathédrale Notre-Dame de Paris a cédé en raison de l’incendie qui la dévorait, les Français ont eu le souffle coupé, foudroyés qu’ils étaient par le triste spectacle. Le ciel de Paris s’en trouve changé à jamais.

À LIRE AUSSI

Toutes les cloches à l’unisson pour Notre-Dame

Le coq de la flèche de Notre-Dame retrouvé

Notre envoyée spéciale a discuté ce matin avec une Parisienne qui était à Notre-Dame en compagnie de son fils quand l’incendie s’est déclaré, lundi.

«On n’avait plus nos repères tout à l’heure. On était dans les petites rues, de loin on voyait toujours au moins la flèche, donc on s’est dirigé durant quelques mètres à contresens, puis on est revenus. J’étais surprise. Je connais très bien Paris, et là de ne plus avoir ce repère, c’est perturbateur», a-t-elle raconté à Elizabeth Laplante.

Les curieux affluent toujours aux abords de la cathédrale. Le périmètre de sécurité a été réduit autour du lieu de culte de l’île de la Cité permettant aux Français ainsi qu’aux touristes de se recueillir et de prendre en photos le joyau de l’UNESCO.

La tragédie touche un grand nombre de Parisiens, même parmi les non-pratiquants. «Moi, j'était très émue, hein! Je suis athée, mais j'ai pleuré. Franchement, ça fait partie de notre patrimoine», témoigne une résidente.

Afin de marquer symboliquement le choc suscité par le drame, toutes les cathédrales de France ont fait sonner leurs cloches à 16 h 50 GMT (12 h 50 heure du Québec), heure à laquelle le feu a commencé à s’embraser dans la toiture de Notre-Dame.

 

Cinq ans pour reconstruire

Le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi qu’il envisageait une reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris d’ici cinq années. Un objectif ambitieux réalisable pour certains experts, mais dont doutent les Parisiens.

«Quinze ans ce sera déjà bien. J’espère que je serai encore vivante [pour le voir]», confie une dame rencontrée près de la cathédrale.

«Ce qui va être très long, c’est de décider ce qu’il faut faire à mon avis», note une autre Parisienne.