/finance/homepage

L’essence fait bondir l’inflation en mars

Agence QMI

GEN-ESSENCE

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

La forte hausse des prix de l’essence observée le mois dernier a fait bondir l’inflation, a annoncé mercredi Statistique Canada.

Selon l’agence fédérale, l'Indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 1,9 % d'une année à l'autre en mars, après avoir affiché une hausse de 1,5 % en février.

Dans sa note économique, l’économiste Benoit P. Durocher de Desjardins souligne que l’indice total des prix à la consommation (IPC) a crû de 0,7 % en mars, précisant que le résultat est conforme aux attentes de l’institution financière.

«Les principales composantes ayant contribué à cette hausse sont l’essence (+11,6 %), les voyages organisés (+9,6 %), les vêtements pour femmes (+2,2 %), le gaz naturel (+3,8 %) et les aliments achetés au restaurant (+0,5 %)», note M. Durocher.

Dans le cas de l’essence, il s’agit de la plus forte hausse mensuelle depuis 2007, a précisé Bloomberg.

En excluant cette composante, la croissance mensuelle de l’IPC total aurait été d’environ 0,3 %, ce qui correspond à peu près à la variation provenant des fluctuations saisonnières. C’est donc dire que la croissance des prix des autres composantes est demeurée relativement faible en mars.

L’économiste principal chez Desjardins note également que la remontée des indices de référence à 2 % est rassurante pour la Banque du Canada (BdC), dont la cible d’inflation est fixée à 2 %, soit le point médian d’une fourchette de maîtrise de l’inflation allant de 1 à 3 %.

Benoit P. Durocher estime d’ailleurs que cette situation «devrait permettre de poursuivre le statu quo des taux d’intérêt directeurs jusqu’à la mi-2020».

Dans la même catégorie