/regional/montreal/montreal

Ligne orange au point de saturation: «un enjeu de sécurité publique»

Andy St-André | TVA Nouvelles

La Société de transport de Montréal (STM) le reconnaît elle-même: le métro de Montréal arrive à un point de saturation. L’achalandage du métro a connu une hausse de 4% en 2018, une autre année de forte augmentation qui contribue à augmenter le sentiment d’inquiétude de plusieurs experts.

«Ça devient tranquillement un enjeu de sécurité publique, plaide Christian Savard, directeur général de l’organisme Vivre en Ville. Imaginez un mouvement de foule important sur la ligne orange du métro de Montréal en pleine heure de pointe, les conséquences que ça pourrait avoir [...] Qu’il y ait autant de monde dans le métro, c’est bon signe. Les gens sont plus nombreux à utiliser le transport en commun. C’est un beau problème, mais il faut le régler.»

LIRE AUSSI: 70 % du réseau du métro de Montréal a atteint sa fin de vie

M. Savard va encore plus loin. Il croit que si les autoroutes de la grande région de Montréal étaient aussi bondées que la ligne orange, il y a longtemps qu’il y aurait eu des travaux d’élargissement ainsi que des prolongements.

«Le métro est très efficace et très rapide. Il va falloir trouver une solution vers le nord-est de Montréal qui est un peu le parent pauvre du transport collectif. »

Quelle solution à court terme?

Le tronçon le plus achalandé de la ligne orange, à l’heure de pointe, est celui entre Laval et le centre-ville de Montréal.

Certains experts sont d’avis que l’arrivée du Réseau express métropolitain (REM), un important projet de transport collectif en construction, aura pour effet de réduire à court terme l’achalandage sur la ligne orange. Toutefois, à long terme, une réflexion s’impose.

«Il y a des usagers qui prennent en ce moment la ligne orange et qui vont prendre, lorsqu’il sera mis officiellement en service dans les prochaines années, le REM. Par contre, le prolongement vers l’est de la ligne bleue, un autre projet de transport collectif, va venir amener de nouveaux usagers sur la ligne orange. J’ai l’impression que ce sera un jeu à somme nulle », renchérit M. Savard.

L’administration Plante, tel que promis lors de la dernière campagne électorale municipale, a commandé 300 nouveaux bus hybrides qui devraient arriver d’ici 2020. Selon la STM, cet ajout aura des «effets significatifs sur l’offre de service pour les usagers du réseau de bus». La majorité des experts s’entendent pour dire qu’un soulagement du réseau du métro de Montréal, plus particulièrement sur la ligne orange, passe par une bonification de l’offre de services du transport de surface.

«Les gens se tournent de plus en plus vers les transports collectifs, vers le métro. Il faut donc travailler pour éviter de les embêter, soutient Florence Junca-Adenot, professeure au Département d’études urbaines et touristiques à l’UQAM et experte en mobilité. Les organisations ont aussi une responsabilité dans l’organisation du travail, dans les horaires de travail. Les employeurs doivent commencer à y penser. On peut utiliser le métro à l’heure de pointe, mais on peut aussi l’utiliser aux autres heures de la journée.»

François Pépin, président de Trajectoire Québec, un organisme de promotion des droits des citoyens en matière de transport collectif, abonde dans le même sens.

«À la station Mont-Royal, c’est frappant! Il y a beaucoup de gens qui restent sur le quai. Vis-à-vis pratiquement chaque porte, il y a environ 6-7 personnes qui ne peuvent pas embarquer. Si on multiplie par les 36 portes, ça fait quand même près de 200 personnes qui restent sur le quai », dit-il.

Les stations les plus achalandées du réseau en 2018 (entrées)

1. Berri-UQAM – 12 393 299

2. McGill – 11 464 736

3. Guy-Concordia – 9 559 923

4. Bonaventure – 9 162 774

5. Longueuil-Université-de-Sherbrooke – 8 195 084

Dans la même catégorie