/news/politics

Maxime Bernier fait référence à l'incendie de Notre-Dame de Paris pour attaquer la gauche

Agence QMI

Maxime Bernier Rassemblement PPC à Québec

Le Journal de Québec

Le chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier, a établi un parallèle entre l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris et la sauvegarde de l'identité canadienne, qui serait menacée par la gauche.

Dans un courriel envoyé à ses partisans, M. Bernier a d'abord évoqué la «triste tragédie» de Notre-Dame, avant de bifurquer sur les questions qui lui sont chères, comme le patrimoine et les traditions, en plus de jeter des pierres à la gauche.

«Cela nous a rappelé que notre civilisation occidentale, ses traditions, ses valeurs et ses institutions sont vulnérables», écrit-il, en appelant à la sauvegarde et à la reconstruction des édifices grandioses de l'Occident.

«Il en va de même pour notre société canadienne, notre mode de vie canadien», a poursuivi le député beauceron, qui a fondé son propre parti l’an dernier après avoir claqué la porte du Parti conservateur d’Andrew Scheer.

Poursuivant sur le mode de vie canadien, M. Bernier soutient que celui-ci «a subi de multiples assauts sous le gouvernement Trudeau».

«Si nous ne voulons pas le perdre, nous avons besoin de plus de stabilité économique, sociale et culturelle, poursuit-il. Nous devons cesser de changer les lois tout le temps pour [nous] conformer aux dernières lubies de la gauche.»

Le chef du PPC a profité de l’occasion pour rappeler qu’il souhaite un gouvernement canadien moins interventionniste, des impôts moins lourds et moins d’immigration.

Il demande aussi des sous à ses partisans pour l’aider à se préparer en vue des élections générales, qui doivent se tenir le 21 octobre prochain.