/news/society

Un long week-end de Pâques «assez maussade» à l’horizon

TVA Nouvelles

Les Québécois doivent s’attendre à passer le long week-end de Pâques sous le signe de la pluie et de la grisaille.

«C’est pas mal tout le Québec qui est touché», a affirmé le météorologue d’Environnement Canada, André Cantin.

Ce sont deux systèmes dépressionnaires qui toucheront la province d’ici lundi prochain.

Le premier système, qui fera son entrée mercredi soir, touchera principalement le nord-ouest, comme l’Abitibi-Témiscamingue, mais «il va effleurer un peu le sud», selon M. Cantin.

La pluie devrait s’installer de façon plus continue et plus significative en fin de soirée et au cours de la nuit de jeudi.

Vendredi, un deuxième système apportera des précipitations sur tout le sud jusqu’à au moins samedi après-midi.

Les accumulations les plus importantes seront concentrées sur les régions situées au nord du fleuve Saint-Laurent, de l’Outaouais jusqu’au Bas-Saint-Laurent, en passant par les Laurentides, Lanaudière, la Mauricie et la Capitale-Nationale. De 50 mm à 80 mm de pluie sont attendus à ces endroits pendant tout le week-end.

Les régions de Montréal, la Montérégie, l’Estrie, le Centre-du-Québec et la Beauce peuvent quant à elles s’attendre à recevoir de 40 à 50 mm de pluie.

Dimanche, le ciel restera nuageux avec des possibilités d’averses intermittentes.

La journée de lundi pourrait être marquée par des percées de soleil, mais il pourrait également y avoir des risques d’averses, indique le météorologue.

«Ça donne de façon générale un week-end de Pâques assez maussade»,  affirme André Cantin

Un temps propice aux inondations

Puisque les températures devraient rester clémentes et parfois même au-dessus de la normale pendant ces quatre jours, la situation pourrait être problématique pour les gens qui habitent en bordure de cours d’eau.

La pluie, mêlée à la fonte de la neige qui est tombée en grande quantité cet hiver, pourrait provoquer des débordements de rivières et des inondations.

La vigilance est donc de mise, souligne M. Cantin.