/news/law

Un meurtrier canadien et présumé client d’El Chapo pourrait s’en tirer

Éric Thibault | Le Journal de Montréal

Un redoutable caïd de l’Ouest canadien accusé en 2012 d’avoir importé 1800 kg de cocaïne au Québec a des chances de s’en tirer indemne en invoquant la lenteur du système judiciaire.

Rabih Alkhalil tentera à son tour de bénéficier de l’arrêt Jordan la semaine prochaine à Montréal, a appris Le Journal.

Ce trafiquant de 32 ans sera bientôt transféré sous haute sécurité du pénitencier de Sainte-Anne-des-Plaines à la prison de Bordeaux.

Sa cause sera entendue le 23 avril au Centre de services judiciaires Gouin, le palais de justice qui est relié à cette prison centenaire par un tunnel souterrain d’une centaine de mètres.

L’un de ses associés, le Hells Angels Larry Amero, avait obtenu l’arrêt des procédures sans avoir été jugé dans cette affaire, à l’été 2017, soit 57 mois après son arrestation. C’était presque le double du délai prescrit par la Cour suprême lorsqu’elle a rendu l’arrêt Jordan en 2016.

Né en Colombie-Britannique, Alkhalil aurait été à la tête d’un réseau ayant écoulé pour plus de 50 millions $ de cocaïne au Québec, en 2012.

De Joaquin Guzman

D’après la Sûreté du Québec, cette petite montagne de poudre blanche avait été achetée directement du dangereux cartel mexicain de Sinaloa, alors dirigé par le célèbre Joaquin « El Chapo » Guzman.

Alkhalil habitait à L’Île-des-Sœurs en compagnie du motard Amero quand les policiers de l’opération Loquace ont procédé à une centaine d’arrestations, le 1er novembre 2012.

Mais le matin de la rafle, Alkhalil avait déjà pris la fuite, comme 16 autres suspects.

La Couronne avait ensuite déclaré en cour que des fuites de renseignements orchestrées par l’ex-enquêteur du SPVM Benoit Roberge — la taupe condamnée pour avoir vendu des informations aux Hells — étaient à l’origine de ces cavales.

Celui qui se fait aussi appeler « Robby » Alkhalil avait cependant été capturé trois mois plus tard alors qu’il se terrait en Grèce sous une fausse identité. Il a finalement été extradé devant la justice canadienne en février 2015.

Condamné pour meurtre

Le Service correctionnel fédéral considère le jeune caïd comme un cas spécial qui ne peut être emprisonné n’importe où parce qu’il a des complices ou des ennemis dans plusieurs pénitenciers à travers le pays.

Alkhalil purge une peine à perpétuité depuis 2017 pour avoir commandé le meurtre du trafiquant Johnnie Raposo à Toronto, le 18 juin 2012. Il est aussi en attente de procès à Vancouver pour avoir commandé l’assassinat du trafiquant Sandip Duhre, abattu dans le lobby d’un hôtel Sheraton, le 17 janvier 2012.

Né à Surrey, en Colombie-Britannique

L’organisation dont il fait partie, le Wolf Pack, est engagée dans une guerre meurtrière contre un gang rival appelé les United Nations

Trois de ses frères sont morts assassinés, dont son aîné, Nabil Alkhalil, tué par balles en août 2018 au Mexique

« C’est mon employé préféré », a-t-il écrit dans un texto en parlant du tueur à gages Dean Wiwchar qu’il a payé 100 000 $ pour tuer un trafiquant torontois en 2012

Deux de ses subalternes visés par la SQ en 2012, Frédéric Lavoie, 32 ans, de Québec, et Timoléon Psiharis, 29 ans, de Laval, ont été assassinés alors qu’ils étaient respectivement en cavale au Mexique et en Grèce