/regional/homepage

Le réchauffement climatique s'accentue dans le golfe du Saint-Laurent

Katia Laflamme | TVA Nouvelles 

Les scientifiques de Pêches et Océans Canada ont effectué trois missions dans le golfe du Saint-Laurent en 2018 et confirment, après avoir couplé les données avec les images satellitaires, que le réchauffement climatique s'y accentue.

La biologiste Marjolaine Blais a présenté jeudi matin le bilan de ses recherches devant ses paires à l’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli, au Bas-Saint-Laurent.

Elle a dressé trois faits saillants relativement à l’an dernier. Tout d’abord, la concentration d’oxygène dans les profondeurs a atteint un niveau historique. Il est au plus bas jamais enregistré. Le taux d’oxygène est si peu élevé dans certains secteurs (sous les 20 %), que certaines espèces, dont la morue, pourraient être menacées.

Par ailleurs, les scientifiques notent une baisse de zooplancton de 15 % à 40 %, selon les secteurs. C’est donc dire que la base de la chaîne alimentaire est touchée.

De plus, certaines espèces de plancton que l’on retrouve habituellement dans des eaux plus chaudes migrent dans le golfe du Saint-Laurent. Les chercheurs remarquent une hausse de 170 % de ce type de plancton.

Marjolaine Blais soutient que cette hausse à plusieurs effets. «Plus la température augmente, d’une part les concentrations en oxygène vont diminuer, parce que l’oxygène est moins soluble dans l’eau chaude, et en plus le métabolisme des organismes lui va augmenter, donc ils ont besoin d’encore plus d’oxygène» a affirmé la scientifique.