/news/world

Pyongyang ne veut plus de Pompeo aux discussions

Agence France-Presse

La Corée du Nord a demandé jeudi le retrait du secrétaire d'État américain Mike Pompeo des discussions sur le nucléaire entre Washington et Pyongyang, en lui attribuant la responsabilité de l'impasse dans lequel se trouve le processus.

«Je crains que si M. Pompeo participe encore aux discussions, l'atmosphère sera mauvaise et les discussions vont à nouveau s'engluer», a déclaré le directeur général du département des Affaires américaines au ministère nord-coréen des Affaires étrangères Kwon Jong Gun, selon l'agence KCNA.

«Par conséquent, dans le cas d'une possible reprise du dialogue avec les États-Unis, j'espère que notre homologue dans le dialogue ne sera pas M. Pompeo mais (...) une personne qui sera plus attentive et mûre pour communiquer avec nous.»

Ces propos sont publiés quelques heures après que KCNA eut rapporté que le leader nord-coréen Kim Jong Un avait supervisé l'essai d'une nouvelle «arme tactique guidée» avec une «puissante ogive», alors que les doutes s'accumulent quant au processus de dénucléarisation de Pyongyang.

C'est la deuxième fois que la Corée du Nord affirme avoir procédé à un essai d'arme depuis le début, en 2018, de ses négociations avec les États-Unis sur ses programmes de missiles balistiques et d'armement nucléaire.

C'est le premier test revendiqué depuis l'échec du deuxième sommet entre M. Kim et le président américain Donald Trump en février à Hanoi.

Kwon Jong Gun a averti que si les États-Unis ne «se débarrassent pas de la cause fondamentale» qui a poussé le Nord à acquérir l'arme atomique, «personne ne peut prédire ce que deviendra la situation sur la péninsule nucléaire».

Mais il a ajouté qu'il était «heureux» que MM. Kim et Trump restent «en de bons termes comme d'habitude» en dépit de l'impasse diplomatique sur le nucléaire.

Dans la même catégorie