/regional/saguenay

Saguenay devra investir au moins 15 millions $ pour le traitement de ses eaux usées

Andréanne Larouche | TVA Nouvelles

La Ville de Saguenay devra investir au moins 15 millions $ sur cinq ans pour moderniser son réseau d’assainissement des eaux usées.

Le ministère de l’Environnement exige que des travaux soient faits, puisque le système actuel est inadéquat.

Les stations de pompage qui amènent les eaux usées vers les usines de traitement datent d’une trentaine d’années alors que leur durée de vie est de 25 à 30 ans. Elles sont aussi beaucoup plus exploitées qu'auparavant en raison des développements industriels, commerciaux et résidentiels sur le territoire.

La Ville estime que les correctifs à réaliser pourraient coûter environ 15 millions $ sur cinq ans, si le ministère de l’Environnement accepte de prendre en compte d’autres travaux effectués par Saguenay dans les dernières années, qui ont permis de réduire le volume des eaux usées à traiter.

Or, si le ministère juge que cet effort est insuffisant, les travaux correctifs pourraient coûter beaucoup plus cher, soit entre 15 millions $ et 50 millions $.

Le maire suppléant de Saguenay, Michel Potvin, estime que l’ancienne administration de la Ville n’en a pas fait suffisamment par le passé, alors qu’elle recevait pourtant des avis du ministère depuis 2014.

«Le problème n’arrive pas tout d’un coup de même. Le problème est adressé depuis 2014. Oui, ils ont fait certains efforts, mais peut-être pas assez considérables. On n’aurait pas dû se rendre jusque-là, ça aurait dû être réglé avant», a indiqué Michel Potvin, qui est aussi le conseiller municipal responsable des Finances à Saguenay.

M. Potvin soutient que les travaux auront des impacts sur le budget de la Ville seulement à partir de 2021.

Si les travaux coûtent environ 15 millions $, la Ville croit qu’elle pourra les assumer sans qu'il y ait trop d’impact sur les contribuables. Cependant, si le ministère de l’Environnement exige des travaux plus importants et dispendieux, cela deviendra plus difficile à gérer pour la Ville.

La réponse du ministère est attendue avec impatience.