/news/law

Un ex-militaire qui se sentait invincible veut sortir de prison

Claudia Berthiaume | Journal de Montréal

Un ancien militaire qui se sentait « intouchable » lorsqu’il a obtenu les faveurs sexuelles de plusieurs adolescentes espère sortir du pénitencier après avoir purgé environ la moitié de sa peine de neuf ans. 

Personne n’est au-dessus des lois, même un caporal de l’armée ayant fait deux missions en Afghanistan. 

Ce constat, Simon Girard Lévesque l’a appris à la dure lorsqu’il s’est retrouvé en prison en 2015 pour des crimes sexuels commis sur des ados. 

Le juge Normand Bonin l’a condamné à neuf ans de détention l’année suivante, au palais de justice de Joliette. 

Le magistrat a ajouté une ordonnance de surveillance de 10 ans pour ce délinquant à contrôler, prenant effet à sa sortie du pénitencier de La Macaza, dans les Laurentides. 

Libido débordante

Entre 2010 et 2012, l’ex-militaire a leurré 13 adolescentes de 12 à 16 ans en utilisant les réseaux sociaux afin de satisfaire sa libido débordante. 

Il a eu des contacts sexuels avec cinq d’entre elles, en a agressé deux et séquestré une. 

« Dans le temps, ce que je voulais, c’était “me mettre” et avoir des relations à ne plus finir », a-t-il laissé tomber mercredi, lors d’une audience de la Commission des libérations conditionnelles du Canada. 

En plus des relations sexuelles quotidiennes avec sa copine de l’époque, Girard Lévesque a avoué avoir eu des aventures avec des femmes rencontrées dans des bars et des adolescentes traquées sur internet. 

Invincible

Confronté par les commissaires Julie Philippe et Francine Cantin quant au fait qu’il est illégal d’avoir des contacts sexuels avec des filles de moins de 16 ans, le détenu de 31 ans a répondu qu’il se sentait invincible. 

« Dans l’armée, on nous véhicule beaucoup que la police est en dessous de nous. S’il arrive quelque chose, c’est nous le dernier recours. Dans ma tête, j’avais droit de tout faire. J’étais intouchable », a-t-il prétendu. 

« Les [victimes] voulaient venir [me rencontrer]. Jamais je n’ai pensé qu’elles porteraient plainte », a-t-il continué, précisant que les ados sont généralement « plus naïves et enclines à l’exploration ». 

En détention, Girard Lévesque s’est comporté en « bon soldat » et espère purger le reste de sa peine dans une maison de transition de Saint-Jérôme, moyennant certaines conditions. 

« Aller en prison lui a apporté une énorme dose d’humilité. Il se pensait au-dessus de la mêlée, il est tombé au fond du baril. Les vrais challenges sont à l’extérieur », a fait valoir son avocate, Cynthia Chénier. 

Les deux commissaires se sont toutefois montrées inquiètes, car les progrès du délinquant, qui comporte un risque de récidive élevé, sont plutôt récents. 

La Commission des libérations conditionnelles du Canada a pris la décision en délibéré.

Dans la même catégorie