/regional/quebec/quebec

Un nouveau grand patron pour l’aéroport de Québec

Jean-Luc Lavallée et Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Québec 

La direction de l’aéroport de Québec a profité de son assemblée publique annuelle pour nommer son nouveau président et chef de la direction. Comme le révélait Le Journal jeudi matin, il s’agit de l’ex-dirigeant de l'aéroport de Calgary, Stephan Poirier, qui débutera ses nouvelles fonctions le 23 avril prochain.

«Je suis fébrile à l’idée de revenir chez moi pour amorcer ce nouveau chapitre de ma vie professionnelle au sein d’une organisation qui a mis en place les fondations nécessaires pour tirer profit des possibilités qu’offre la croissance aérienne mondiale», dit M. Poirier. «Mon mandat sera axé sur le développement de nouvelles liaisons aériennes et sur l’importance de placer le passager au cours de nos actions et nos décisions, poursuit-il.

Ce dernier travaille actuellement dans le secteur de l’aérospatiale pour le géant mondial Honeywell à Calgary. Il a occupé un poste de direction à l’aéroport de Calgary pendant 16 ans, de 2000 à 2016. Il n’était pas présent à la conférence, jeudi.

Parfaitement bilingue, M. Poirier a également travaillé au Québec dans les années 90 au sein de la direction d’Aéroports de Montréal, mais aussi à la Société générale de financement et chez Bax Global, peut-on apprendre en consultant son profil LinkedIn. 

Pour sa part, l’actuel président et chef de la direction, Gaëtan Gagné, affirme partir serein et «avec la satisfaction du devoir accompli». M. Gagné n’a toutefois pas voulu dire s’il quitterait au cours des prochains mois ses fonctions avec une indemnité de départ. La direction de l’aéroport n’a également pas voulu révéler la rémunération du nouveau patron.

Bisbille dans les derniers mois  

Les derniers mois ont été marqués par la controverse et un bras de fer médiatisé entre la haute direction de l’aéroport et la Ville de Québec à la suite, notamment, de virulentes critiques du maire Régis Labeaume sur la gouvernance de YQB.  

La direction de l’aéroport a contesté les conclusions du rapport du Comité de travail sur l’accessibilité aérienne – créé par la Ville – et a même tenté d’empêcher sa diffusion avec l’envoi de 26 mises en demeure aux gens qui ont participé de près ou de loin à sa rédaction. Les membres du comité, provenant de la communauté d’affaires et du milieu touristique, avaient demandé l’intervention du ministre fédéral des Transports.  

Le processus de nomination du nouveau PDG de l’aéroport a également fait l’objet de nombreuses tractations.