/finance/homepage

Unifor accuse Bell Canada d'opter pour la sous-traitance

Agence QMI 

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Le syndicat Unifor accuse Bell Canada de poursuivre «sa longue histoire d’érosion des emplois» après que l’entreprise eut décidé de licencier des dizaines de techniciens au moment où elle s’apprête à déployer un service internet résidentiel sans fil au Québec et en Ontario.

Unifor dénonce ainsi que Bell Canada ait décidé d’opter pour la sous-traitance, alors que ses membres sont habilités à faire le boulot.

Selon Unifor, 76 techniciens du Québec et de l’Ontario ont reçu un avis de mise à pied de Bell Canada ce jeudi.

Or, selon le syndicat, Bell Canada veut d'abord lancer son service internet à haute vitesse sans fil dans ces deux provinces.

«En émettant des avis de mise à pied d'une main et en sous-traitant du travail de l'autre, Bell poursuit sa longue histoire d'érosion des emplois chez Bell Canada», a dit Jerry Dias, président national d'Unifor, par communiqué, jeudi.

«Le lancement d'un programme comme le service internet résidentiel sans fil devrait être une bonne nouvelle pour les gens qui travaillent chez Bell, mais l'entreprise a plutôt choisi d'embaucher exclusivement des entrepreneurs non syndiqués», a-t-il ajouté.

Unifor, qui souhaite lancer prochainement une campagne contre la sous-traitance du service internet résidentiel sans fil, indique qu’Ottawa «fournit des fonds à Bell pour de nombreux projets en régions rurales, y compris probablement celui-ci».

«Le secteur canadien des télécommunications devrait soutenir de bons emplois, où vous n'avez pas à vous inquiéter de savoir si votre emploi sera sous-traité ou éliminé même en période de prospérité de l'entreprise», a dit Renaud Gagné, directeur québécois d'Unifor.

«Tous les Canadiens devraient avoir accès à des services internet de haute qualité et abordables, mais il n'y a aucune raison pour laquelle les membres d'Unifor ne peuvent faire le travail de connecter les Canadiens», a-t-il ajouté.