/regional/estduquebec/cotenord

Pas de problème en vue sur la Côte-Nord

André Normandeau | TVA Nouvelles

Les réservoirs des barrages d’Hydro-Québec sur la Côte-Nord sont prêts à faire face à la fonte des neiges après un hiver rigoureux. Présentement, les réservoirs sont vides, selon la société d’État.

D’après les relevés d’Hydro, il est tombé 25% plus de neige au sol cet hiver que l’an passé sur les rivières Bersimis, Outardes, Manicouagan, Sainte-Marguerite et Romaine.

Les réservoirs seront en mesure d’absorber toute la pluie et la fonte des neiges au cours des prochaines semaines.

«Au printemps, sur la Côte-Nord, ce n’est pas un enjeu. On a des réservoirs multiannuels (NDLR qui prennent plusieurs années à se remplir), alors on emmagasine cette eau pour pouvoir la turbiner l’hiver prochain. L’objectif de la crue, c’est de remplir davantage nos réservoirs et quand on arrive à la fin de l’automne, que nos réservoirs soient le plus pleins possible», a souligné Luc Routhier, directeur par intérim de la production chez Hydro-Québec.

La société d’État effectue toujours une surveillance de ses réservoirs et du territoire par différents instruments de mesure. Surtout au niveau des estuaires.

«On peut avoir des précipitations dans le bas de la rivière qui fait qu’on a des quantités d’eau dans les bassins intermédiaires qui sont importantes», a dit Luc Routhier.

«Mais on a les capacités d’évacuer cette eau facilement et il n’y a pas d’enjeu d’inondations comme on peut voir dans la région de Montréal, où ce sont des centrales au fil de l’eau qui n’ont pas de réservoirs multiannuels comme nous sur la Côte-Nord», a expliqué le gestionnaire.

Le principal défi d’Hydro-Québec sur la Côte-Nord se déroule avec les pluies à l’automne. D’ailleurs, le territoire est tellement immense que la crue du printemps sur les rivières harnachées par Hydro-Québec dans la région se déroule du début mai jusqu’au 1er juillet.