/news/politics

Pascal Bérubé s'excuse d'avoir blessé François Legault

Véronique Morin | Agence QMI

 - Agence QMI

Simon Clark/Agence QMI

Pascal Bérubé s'excuse auprès de François Legault de l'avoir blessé durant la période de questions de jeudi alors qu'il le questionnait sur la nomination du nouveau PDG d'Investissement Québec, Guy LeBlanc, qualifiée de partisane par les partis d'opposition.

Le chef intérimaire du Parti québécois affirme qu'il n'avait ni l'intention de blesser ni de «choquer» le premier ministre Legault lorsqu'il a dit qu'il ne croyait pas ses explications.

«François, si je t'ai blessé, tu me connais assez bien pour savoir que ce n'était pas volontaire», a dit M. Bérubé en entrevue à l'émission «Là-haut sur la colline» à QUB radio, vendredi.

François Legault s’était dit profondément blessé par les propos et avait réclamé des excuses de la part du député de Matane-Matapédia. En faisant référence au fait qu’il n’avait aucun intérêt à nommer des amis en position de pouvoir, le premier ministre avait alors affirmé, avec un grand coup sur sa table, qu’il ne devait rien à personne.

Il faut rappeler que le nouveau PDG d'Investissement Québec, Guy LeBlanc est un ami et un ancien collègue du ministre Pierre Fitzgibbon, titulaire du portefeuille de l’Économie et de l’Innovation au sein du gouvernement Legault.

«Mais je pense qu'il doit des explications quant à ses engagements électoraux, a dit vendredi Pascal Bérubé. Pour le reste, il est vrai qu’il ne doit rien à personne. (...) On dit la même chose, malheureusement on s’est mal compris», a dit M. Bérubé.l

«J'étais très malheureux qu'il l'ait compris comme ça, mais lui aussi me connait assez bien pour savoir que je n'avais pas l'intention de le blesser. Je regrette sincèrement, s'il l'a compris comme ça, ce n'était pas l'intention», a-t-il déploré.

Il rappelle qu'il y a des enjeux sur lesquels ils vont bien travailler ensemble, comme sur celui de la laïcité, a-t-il donné à titre d'exemple.

Par ailleurs, Pascal Bérubé maintient que le rapport de la firme de chasseurs de têtes qui a recommandé l'embauche de Guy LeBlanc comme patron d'Investissement Québec doit être publié pour éliminer tous les doutes de nomination partisane.