/news/law

Un an de prison pour avoir laissé son chien mourir de faim

Agence QMI

Man in Jail - Hands on Cell Bars of Prison

Skyward Kick Prod. - stock.adobe.com

Un homme de Woodstock, dans l’ouest du Nouveau-Brunswick, a été condamné à un an de prison jeudi pour avoir laissé son chien seul et sans nourriture dans la maison mobile qu’il venait d’abandonner sans prévenir personne.

Kyle Springer, 27 ans, avait été arrêté en novembre dernier grâce à une information anonyme, après une cavale de trois ans.

En juin 2015, un mandat d’arrêt avait été lancé contre Springer, quelques mois après que le propriétaire du parc de maisons mobiles, venu réclamer les mois de loyer impayés, eut découvert le cadavre de Diesel, un Berger croisé avec une autre race.

La bête était amaigrie, couchée en position fœtale et les yeux exorbités. Les murs de la résidence étaient grafignés, ce qui démontre que Diesel était affamé et désespéré. Tellement que des morceaux de plastique ont été découverts dans son estomac après une nécropsie, qui a confirmé qu'il était mort de faim.

Kyle Springer avait alors quitté Woodstock depuis deux mois.

Dans la région, ce cas de cruauté animale a mobilisé les défenseurs des droits des animaux. Le palais de justice de Woodstock était d’ailleurs plein à craquer lorsque Springer a reçu sa sentence.

Sentence exemplaire

En plus d’une peine d’emprisonnement d’un an, il devra se plier à une probation d’un an à sa sortie de prison. Springer ne pourra pas non plus posséder d'animal dans les trois années suivant sa libération.

Le juge Julian Dickson a crû bon de le condamner à une peine exemplaire alors que la Couronne ne demandait que cinq à six mois de prison et la défense seulement 90 jours de façon intermittente.

«M. Springer, vous avez totalement échoué à vos obligations, non seulement envers votre chien, mais aussi envers la société en général», a-t-il tranché au moment de rendre sa décision.