/news/society

Des infections à répétition pour une fillette de 20 mois

Héloïse Archambault | Journal de Montréal

Chantal Poirier/Journal de Montréal

Âgée de seulement 20 mois, une fillette a déjà pris une vingtaine de doses d’antibiotiques et reçu plusieurs traitements intraveineux à l’hôpital pour soigner des infections qui n’en finissent plus.

À LIRE ÉGALEMENT

Alerte aux superbactéries

« Je trouve ça quand même inquiétant », confie Carol-Ann Bazinet, dont la fille est toujours malade.

« On ne sait plus quoi faire avec Charlye. À l’urgence de l’hôpital, tout le monde la connaît. »

La petite Charlye Bazinet-Hébert est traitée par des antibiotiques depuis sa naissance. Un exemple qui illustre bien le phénomène de la résistance des bactéries qui complique la guérison de simples infections, soulevée par plusieurs médecins.

« Si elle n’a pas été sur antibiotiques un mois dans toute sa vie, c’est bien », résume sa mère, qui demeure à Saint-Sulpice, dans Lanaudière.

Au total, l’enfant a reçu 13 traitements d’antibiotiques pour une otite dans les 13 premiers mois de sa vie. À trois reprises, elle a même dû recevoir un traitement par intraveineuse, après trois doses orales qui n’ont pas guéri l’infection.

Puissants, ces traitements lui ont été donnés à l’hôpital de Montréal pour enfants (CUSM) durant trois jours.

Pour aider à prévenir les infections, l’enfant s’est fait installer des tubes dans les oreilles pour faciliter la sécrétion des liquides. Malgré cela, elle a dû recevoir quelques doses d’antibiotiques.

Bactéries habituées

« Maintenant c’est réglé », se réjouit toutefois la mère, qui assure avoir toujours suivi la posologie à la lettre, et donné la dose complète.

« Mon impression, c’est que les bactéries deviennent habituées tellement elle a pris d’antibiotiques. Ils ne font juste plus effet », croit la jeune femme de 24 ans.

Par ailleurs, Charlye a pris une dizaine de traitements antibiotiques depuis 10 mois pour traiter une pneumonie. Elle a aussi dû être hospitalisée pour un traitement intraveineux, au pic de l’infection qui lui a causé une détresse respiratoire.

D’ailleurs, les radiographies montrent une détérioration de l’état de ses poumons.

« C’est de pire en pire. Des fois, il y a une petite amélioration durant le traitement. Mais, deux jours après la fin, la fièvre revient », résume la mère, qui ne cache pas son inquiétude.

« Les poumons, c’est essentiel. Il faut agir, ce n’est pas vivable », dit-elle.

Pour le moment, aucun diagnostic ne confirme si l’enfant est atteinte d’une superbactérie résistante aux antibiotiques. Elle est suivie en pneumologie au CUSM pour une investigation poussée. Les examens en immunologie n’ont pas révélé de déficit immunitaire particulier.

Nuits mouvementées

« On cherche pourquoi ça se passe comme ça, dit la mère. Son médecin de famille prend aussi la situation au sérieux. »

Au quotidien, les nombreux traitements nuisent à la flore intestinale de Charlye, qui a souvent des maux de ventre et des problèmes de digestion. Les nuits sont aussi mouvementées.

« Il y a des fois où je m’assois, et je pleure », avoue la mère aux études.

Dans la même catégorie