/regional/troisrivieres/mauricie

Élan de solidarité : ils partent de Québec pour «donner au suivant»

TVA Nouvelles

Un impressionnant élan de solidarité s’est organisé en Mauricie, où des citoyens venus de Québec se sont portés volontaires pour aider des résidents à préparer leur maison en vue des inondations qui sont prévues dans le secteur.

À LIRE ÉGALEMENT

«N’attendez pas l’armée, continuez à vous préparer»

La liste des cours d'eau sous surveillance

Il achète une barrière de 43 000$ pour protéger sa maison des inondations

En bordure du lac Saint-Pierre, les résidents surveillent attentivement le niveau du fleuve Saint-Laurent. Des inondations pourraient survenir dès la nuit prochaine avec un niveau de l’eau atteignant jusqu’à 3,9 mètres, soit plus que lors des inondations de 2017 dans la région.

Raphaël Tremblay est l’un des bénévoles qui se sont déplacés samedi matin afin de venir prêter main-forte aux résidents touchés de la Mauricie.

«Ce sont des choses qu’ils ne peuvent pas contrôler», souligne-t-il.

M. Tremblay n’est pas arrivé seul. Six autres amis se sont joints à lui pour accélérer les efforts de protection des résidences.

«On veut simplement donner au suivant et être là quand c’est le temps, dit-il. On s’est levés ce matin et on a décidé de venir aider. On est là et ça nous fait plaisir de donner un coup de main.»

Vers 15 h, autour de la propriété de Martin Poisson, des dizaines de personnes, dont l’équipe de bénévoles de M. Tremblay, faisaient une chaîne humaine pour transporter les sacs de sable et autres matériaux requis à l’élaboration de la digue.

«Ils sont venus comme ça, pour me donner un coup de main. C’est très apprécié», souligne-t-il.

«Le ratio est facile à faire, si je fais ce que je dois faire avec dix personnes de plus, ça va dix fois plus vite. Ce qui prend dix heures prend juste une heure. La préparation se fait adéquatement et beaucoup plus rapidement.»

Même si la situation paraissait moins grave que lors des inondations de 2017, M. Poisson s’assure de suivre les consignes des autorités locales, qui craignent des niveaux d’eau supérieurs au cours des 24 prochaines heures.

«Si je ne me fiais pas à toutes les prédictions des météorologues, ça m’inquiéterait moins que 2017, mais tout le monde dit l’inverse.»

Dans la même catégorie