/news/politics

Emmanuelle Latraverse, une femme passionnée à l’horaire chargé

Victor-Léon Cardinal | Agence QMI

 - Agence QMI

Agence QMI

Exerçant depuis plus de 20 ans les métiers de journaliste et d’analyste politique, Emmanuelle Latraverse nous invite à découvrir le côté humain de nos politiciens grâce à sa baladodiffusion «Emmanuelle présente...», diffusée sur les ondes de QUB radio. Rencontre avec une femme passionnée à l’horaire chargé.

Après avoir passé près de la moitié de sa vie à couvrir l’actualité politique sur la colline parlementaire à Ottawa, Emmanuelle Latraverse peut se vanter de très bien connaître nos politiciens. La journaliste caressait d’ailleurs, depuis quelques années, le désir d’animer une baladodiffusion qui lui permettrait de découvrir ces femmes et ces hommes évoluant dans l’arène politique, dans un contexte plus humain et propice à la confidence. Un rêve qui, depuis janvier, est devenu réalité.

«La baladodiffusion "Emmanuelle présente..." est mon petit bébé. À priori, je l’ai fait pour moi et je suis contente de voir que ça fonctionne bien. Pour la forme, je me suis inspirée du "podcast" de David Axelrod, qui était le stratège principal de Barack Obama. Par le biais de cette tribune, ce dernier discute avec des élus américains parfois méconnus, mais qui ont des choses à raconter. J’ai eu l’idée de faire la même chose au Québec, et QUB radio m’a permis de réaliser ce projet. Depuis janvier, j’ai pu rencontrer Valérie Plante, Catherine Dorion, Maxime Bernier, Andrew Scheer et plusieurs autres.»

«À travers ces entretiens, je veux montrer le côté humain de ces politiciens et apprendre aux gens des choses qu’ils ne connaissent pas sur eux. Il s’agit d’entretiens d’une durée d’environ 45 minutes qui invitent à la réflexion et qui sont intemporels. Les gens peuvent les écouter quand ils veulent. Toutes ces entrevues sont disponibles dans l’onglet “balados” du site de QUB radio», précise Emmanuelle Latraverse.

De nouveaux mandats

De plus, Emmanuelle Latraverse se dit choyée de travailler, depuis août dernier, à TVA et LCN, après avoir passé 13 ans à Radio-Canada.

«J’ai l’occasion d’avoir des mandats extraordinaires. Ça se passe vraiment bien. Avant, je m’occupais de la politique fédérale, alors qu’à présent, je me concentre plus sur le provincial. Je continue toutefois de suivre autant ce qui arrive à Québec qu’à Ottawa. Dans le cadre de mes nouveaux mandats, j’aborde les sujets d’actualité en faisant une analyse des enjeux et en donnant mon opinion. On peut me suivre le matin à LCN, à l’émission de Mario Dumont, ainsi qu’en semaine comme collaboratrice à "La joute", qu’anime Paul Larocque. De plus, j’anime seule "La joute du dimanche", diffusée de 10 h à 11 h, à LCN. Je suis aussi à la radio avec Benoît Dutrizac et Mario Dumont, sur les ondes de QUB radio, et j’interviens au "TVA Nouvelles 22 h" avec Sophie Thibault. J’aime tout ce que je fais et je n’ai pas d’autres ambitions pour l’instant.»

Entre Ottawa et Montréal

Basée à Ottawa depuis la fin des années 1990, Emmanuelle Latraverse effectue la plupart de ses interventions télévisées en duplex en direct de la capitale canadienne, où elle vit toujours avec sa famille.

«J’ai fait ma maîtrise à Ottawa en 1997 et je ne suis jamais repartie. Je viens à Montréal le dimanche pour animer mon émission à LCN, mais le reste du temps, je suis plus souvent à Ottawa. Ce serait compliqué de déménager, car ma fille, Clara, qui a huit ans, va à l’école là-bas, et mon mari travaille comme réalisateur à CBC Ottawa. Je l’ai rencontré il y a 18 ans sur la colline parlementaire. Ce fut un coup de foudre entre nous. Ça fait maintenant 14 ans qu’on est mariés.»

Par ailleurs, bien qu’elle soit issue d’un milieu très politisé et passionnée par son métier, la journaliste n’envisage pas de faire le grand saut en politique un jour.

«Je n’ai pas le courage de faire de la politique. J’ai beaucoup d’admiration pour ceux qui en font mais, pour ma part, j’aurais trop peur de perdre. Je ne crois pas que ce soit fait pour moi.»