/news/culture

«Exarcheia, le chant des oiseaux»: les voix d’un quartier

Isabelle Hontebeyrie

COURTOISIE/F3M

Exarcheia est le quartier emblématique d’Athènes. À l’ombre de l’Acropole, il abrite les anarchistes grecs. C’est là aussi qu’a débuté le soulèvement, réprimé dans le sang, de 1973. C’est dans ce quartier qu’un adolescent de 15 ans a été tué par un policier en 2008, générant des émeutes à travers tout le pays. Et c’est également là, dans des squats, que résident des migrants et des réfugiés.

La cinéaste québécoise Nadine Gomez entreprend, dans son fascinant documentaire, de partir à la rencontre de personnes qui peuplent Exarcheia. Elle le fait de nuit - un chauffeur de taxi expliquera que la pénombre change les individus, leur permettant de montrer leur vrai visage -, ce qui rend la démarche encore plus intimiste.

Au détour de ses rencontres - des artistes, des professionnels, un père dont le fils purge une peine de 15 ans de prison pour vol, une transgenre, le client d’un café, etc. -, Nadine Gomez insiste sur la communication, la parole, l’échange verbal entre les habitants d’un quartier. L’occupation de l’espace public tient aussi une large place dans ce documentaire vivant où tout le monde se croise, se salue, sans que cela entrave l’expression d’opinions divergentes.

Il n’y a pas non plus de sujet qui soit évité, de l’Europe à l’échec des politiques et des promesses d’Alexis Tsípras, en passant par la crise des migrants. Les habitants interrogés, et surtout écoutés, livrent leur vie, leurs réflexions, leurs doutes et leurs espoirs avec une sincérité touchante.

«Exarcheia, le chant des oiseaux» s’ouvre sur une citation d’Hannah Arendt: «Nous humanisons ce qui se passe dans le monde et en nous, uniquement en en parlant, et, dans ce parler, nous apprenons à être humains». L'oeuvre s’articule autour du verbe, de la prise de parole, de la conversation, de l’échange et du partage.

Fondamentalement humaniste, ce documentaire insiste sur ce qui nous rassemble plutôt que sur ce qui nous divise et, ce faisant, livre un très beau message d’espoir et de foi en l’avenir.

Note: 3,5 sur 5